Cinq critères pour une bonne traduction de site web en russe – suite

Marina — Jeudi 10 Septembre 2020

Cinq critères pour une bonne traduction de site web en russe – suite

Vous souhaitez faire traduire votre site en russe ? Pour assurer la bonne adaptation d’une version russe à des moteurs de recherches et la bonne perception par la cible visée, le traducteur doit avoir 5 compétences clés. 

Comme on a vu ensemble ici, il s’agit principalement de l’expertise SEO et de la connaissance minimale de plateformes tel que WordPress et Jimdo. Mais quoi d’autre? 

Avoir expertise en réseaux sociaux russes et web-marketing: un vrai plus

Aujourd’hui vous traduisez que le site, mais le step 2 sera sans doute d’être présents sur les réseaux sociaux russes et créer les communautés autour de vos produits et services. Si le traducteur que vous choisissez sait gérer les communautés produits sur Facebook et Instagram, s’il est à l’aise avec la vidéo et il peut vous faire des Directs en russe – votre développement sur le marché russe ira beaucoup plus vite ! L’ideal serait en plus que votre traducteur se repère dans les marketplaces web russes (par exemple Wildberries et Lamoda pour le secteur du textile, Yandex Market pour les produits industriels). Ainsi vous pourrez confier à votre traducteur-consultant russe une tâche marketing : le référencement de vos produits sur de marketplaces à potentiel de plus en plus intéressant. 

Localiser le texte, adapter les noms propres

La transposition d’un texte vers une autre langue nécessite parfois une adaptation culturelle. Exemple : vous connaissez la marque française de produits pour bébé «Bledina» ? Impossible d’introduire une marque avec un tel nom sur le marché russe, comme le mot Bledina est très consonnant avec un des mots les plus grossiers en russe. Quoi qu’il arrive, privilégiez toujours un traducteur qui est de langue maternelle russe. Cela sera le gage qu’il connait les codes culturels russes et qu’il aura l’intuition linguistique innée pour toute expression, mot ou cas de figure qui paraitra déplacé en russe.

En résumant, pour bien localiser votre site en russe,  il faut faire appel à un traducteur natif russe, ayant des expertises complémentaires en Web design, SEO sur des moteurs russes, web-marketing et éventuellement marketplaces russes sectoriels.

Marina Yulis

Cinq critères pour une bonne traduction de site web en russe – suite


Cinq critères pour une bonne traduction de site web en russe – suite

Vous souhaitez faire traduire votre site en russe ? Pour assurer la bonne adaptation d’une version russe à des moteurs de recherches et la bonne perception par la cible visée, le traducteur doit avoir 5 compétences clés. 

Comme on a vu ensemble ici, il s'agit principalement de l'expertise SEO et de la connaissance minimale de plateformes tel que Wordpress et Jimdo. Mais quoi d'autre? 

Avoir expertise en réseaux sociaux russes et web-marketing: un vrai plus

Aujourd’hui vous traduisez que le site, mais le step 2 sera sans doute d’être présents sur les réseaux sociaux russes et créer les communautés autour de vos produits et services. Si le traducteur que vous choisissez sait gérer les communautés produits sur Facebook et Instagram, s’il est à l’aise avec la vidéo et il peut vous faire des Directs en russe – votre développement sur le marché russe ira beaucoup plus vite ! L’ideal serait en plus que votre traducteur se repère dans les marketplaces web russes (par exemple Wildberries et Lamoda pour le secteur du textile, Yandex Market pour les produits industriels). Ainsi vous pourrez confier à votre traducteur-consultant russe une tâche marketing : le référencement de vos produits sur de marketplaces à potentiel de plus en plus intéressant. 

Localiser le texte, adapter les noms propres

La transposition d’un texte vers une autre langue nécessite parfois une adaptation culturelle. Exemple : vous connaissez la marque française de produits pour bébé «Bledina» ? Impossible d’introduire une marque avec un tel nom sur le marché russe, comme le mot Bledina est très consonnant avec un des mots les plus grossiers en russe. Quoi qu’il arrive, privilégiez toujours un traducteur qui est de langue maternelle russe. Cela sera le gage qu’il connait les codes culturels russes et qu’il aura l’intuition linguistique innée pour toute expression, mot ou cas de figure qui paraitra déplacé en russe.

En résumant, pour bien localiser votre site en russe,  il faut faire appel à un traducteur natif russe, ayant des expertises complémentaires en Web design, SEO sur des moteurs russes, web-marketing et éventuellement marketplaces russes sectoriels.