Cinq critères pour une bonne traduction de site web en russe

Marina — Mercredi 22 Avril 2020

Cinq critères pour une bonne traduction de site web en russe

Vous souhaitez faire traduire votre site en russe ? Pour assurer l’adaptation d’une version russe à des moteurs de recherches, le prestataire doit agir sur 5 points importants :

Gérer la mise en page lors de la traduction des sites web

La mise en page est un véritable problème pour le prestataire chargé de la traduction d’un site internet. Donc un minimum de connaissances en web design sera un plus considérable lors de votre choix du traducteur. Un bon point : la mise en page d’un site francophone conviendra tout à fait à la lecture de caractères russes, comme le cyrillique a le même espacement que l’alphabet latin et se lit de la même façon, de gauche à droite, de haut en bas (à la différence du chinois, par exemple).

Avoir une expertise en SEO, optimiser le texte pour les moteurs de recherche russes

Un site internet qui apparaît sur la 55ème page dans les résultats d’une recherche ? Pas une bonne idée. Lors de la traduction, le traducteur doit avoir son dégrée de liberté pour bien positionner les mots clés dans son texte, pour obtenir un bon référencement naturel. Il doit avoir la liberté de repositionner les accents dans vos textes de façon optimal pour les robots de moteurs. Eventuellement changer des phrases peut être nécessaire. Bref, un traducteur russe-expert en SEO – c’est un choix idéal !

Petite astuce : lors du choix du traducteur pour traduire votre site en russe, regardez bien… le positionnement de son propre site sur Google. Si vous trouvez ce traducteur sur la première page de Google, hors pub – cela veut dire qu’il a des connaissances nécessaires en référencement ! Sachez qu’en Russie en termes de nombre d’utilisateurs Google n’a que la 2ème place (près de 45%), et la première place (près de 55%) appartient au moteur Russe Yandex. Donc il faut savoir référencer à la fois sur Google et sur Yandex.

Être capable de manipuler différents formats

Le traducteur chargé de l’adaptation d’un site web doit avoir des compétences techniques suffisantes pour gérer de nombreux formats de documents.

Au minimum, choisissez un traducteur capable de travailler directement dans le WordPress, Wix, Jimdo ou autres plateformes de base – cela sera utile lorsqu’il vous faudra refaire appel à ce même traducteur pour mettre à jour le blog ou les pages produits.

Su vous avez déjà traduit votre site en russe et cela a impacté votre activité sur les marchés russophones,  n’hésitez pas à m’écrire et faire partager votre expérience !

Dans le prochaine article on abordera les deux derniers points importants : l’expertise en e-marketing et l’observation des règles de localisation et d’adaptation.

Marina Yulis

Cinq critères pour une bonne traduction de site web en russe


Cinq critères pour une bonne traduction de site web en russe

Vous souhaitez faire traduire votre site en russe ? Pour assurer l’adaptation d’une version russe à des moteurs de recherches, le prestataire doit agir sur 5 points importants :

Gérer la mise en page lors de la traduction des sites web

La mise en page est un véritable problème pour le prestataire chargé de la traduction d’un site internet. Donc un minimum de connaissances en web design sera un plus considérable lors de votre choix du traducteur. Un bon point : la mise en page d’un site francophone conviendra tout à fait à la lecture de caractères russes, comme le cyrillique a le même espacement que l’alphabet latin et se lit de la même façon, de gauche à droite, de haut en bas (à la différence du chinois, par exemple).

Avoir une expertise en SEO, optimiser le texte pour les moteurs de recherche russes

Un site internet qui apparaît sur la 55ème page dans les résultats d’une recherche ? Pas une bonne idée. Lors de la traduction, le traducteur doit avoir son dégrée de liberté pour bien positionner les mots clés dans son texte, pour obtenir un bon référencement naturel. Il doit avoir la liberté de repositionner les accents dans vos textes de façon optimal pour les robots de moteurs. Eventuellement changer des phrases peut être nécessaire. Bref, un traducteur russe-expert en SEO – c’est un choix idéal !

Petite astuce : lors du choix du traducteur pour traduire votre site en russe, regardez bien… le positionnement de son propre site sur Google. Si vous trouvez ce traducteur sur la première page de Google, hors pub – cela veut dire qu’il a des connaissances nécessaires en référencement ! Sachez qu’en Russie en termes de nombre d’utilisateurs Google n’a que la 2ème place (près de 45%), et la première place (près de 55%) appartient au moteur Russe Yandex. Donc il faut savoir référencer à la fois sur Google et sur Yandex.

Être capable de manipuler différents formats

Le traducteur chargé de l’adaptation d’un site web doit avoir des compétences techniques suffisantes pour gérer de nombreux formats de documents.

Au minimum, choisissez un traducteur capable de travailler directement dans le WordPress, Wix, Jimdo ou autres plateformes de base - cela sera utile lorsqu’il vous faudra refaire appel à ce même traducteur pour mettre à jour le blog ou les pages produits.

Su vous avez déjà traduit votre site en russe et cela a impacté votre activité sur les marchés russophones,  n’hésitez pas à m’écrire et faire partager votre expérience !

Dans le prochaine article on abordera les deux derniers points importants : l’expertise en e-marketing et l’observation des règles de localisation et d’adaptation.