Le sort de Nord Stream 2 : le gazoduc sera-t-il achevé malgré les nouvelles sanctions américaines ?

Marina — Jeudi 2 Janvier 2020

Le sort de Nord Stream 2 : le gazoduc sera-t-il achevé malgré les nouvelles sanctions américaines ?

Le ministre russe de l’énergie Alexander Novak a déclaré que le gazoduc Nord Stream 2 sera achevé malgré les sanctions américaines.

Le 21 décembre, les États-Unis ont imposé des sanctions sur le gazoduc, ce qui a amené l’entreprise suisse Allseas a suspendre la pose des conduites au fond de la mer Baltique.

” Il est trop tôt pour dire qu’Allseas ne pourra pas terminer Nord Stream 2. Ils ont suspendu les travaux pour exclure les risques de sanctions ” – a déclaré M. Novak. Le ministre a assuré que le pipeline ” sera achevé en toutes circonstances “. Selon lui, il reste moins de 160 km de conduites à poser (sur les 1200 km de la longueur totale).

Auparavant, le Sénat américain a approuvé un projet de loi sur le budget de la défense pour 2020, qui comprend des sanctions contre les gazoducs russes : Nord Stream – 2 et Turkish Stream.

Les restrictions s’expliquent par la “protection de la sécurité énergétique européenne”. Mais tout en sachant que les Etats Unis, étant un grand producteur du gaz naturel liquéfié, ont leurs propres intérêts économiques dans cette affaire, cherchant à accroître ses exportations de gaz vers l’Europe.

Les sanctions sont proclamées contre toutes les entreprises qui construisent le Nord Stream-2. Outre Allseas pour les Suisses, il s’agit d’Engie pour les Français, d’OMV pour les Autrichiens, de Dutch Shell pour les Britanniques et d’Uniper et Wintershall pour les Allemands.

Le premier ministre russe Dmitri Medvedev a déclaré le 23 décembre que les sanctions américaines ne feraient que ralentir le projet, qui va être achevé coute que coute. Selon le chef du gouvernement, Gazprom dispose des options alternatives pour la pose de la conduite.

Selon le vice-premier ministre russe Dmitry Kozak, l’intérêt économique de l’UE finira par l’emporter sur les sanctions américaines.

 

Nord Stream 2 : plus qu’un enjeu exclusivement économique

Le gazoduc Nord Stream 2 est en cours de construction au fond de la mer Baltique, afin d’assurer un approvisionnement fiable en gaz de l’Union européenne. Le projet consiste à poser deux conduites d’une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes par an.

Le gazoduc traversera des pays situés le long du littoral de la mer Baltique : Finlande, Suède, Danemark et Allemagne. Actuellement construit à plus de 80%, le gazoduc doit permettre de doubler les livraisons directes de gaz naturel russe vers l’Europe occidentale.

Les États-Unis estiment que si le gazoduc est achevé, la Russie pourra influencer la politique européenne. La Russie, à son tour, stipule que le Nord Stream-2  est un projet exclusivement économique.

Marina Yulis

Le sort de Nord Stream 2 : le gazoduc sera-t-il achevé malgré les nouvelles sanctions américaines ?


Le sort de Nord Stream 2 : le gazoduc sera-t-il achevé malgré les nouvelles sanctions américaines ?

Le ministre russe de l'énergie Alexander Novak a déclaré que le gazoduc Nord Stream 2 sera achevé malgré les sanctions américaines.

Le 21 décembre, les États-Unis ont imposé des sanctions sur le gazoduc, ce qui a amené l’entreprise suisse Allseas a suspendre la pose des conduites au fond de la mer Baltique.

" Il est trop tôt pour dire qu'Allseas ne pourra pas terminer Nord Stream 2. Ils ont suspendu les travaux pour exclure les risques de sanctions " - a déclaré M. Novak. Le ministre a assuré que le pipeline " sera achevé en toutes circonstances ". Selon lui, il reste moins de 160 km de conduites à poser (sur les 1200 km de la longueur totale).

Auparavant, le Sénat américain a approuvé un projet de loi sur le budget de la défense pour 2020, qui comprend des sanctions contre les gazoducs russes : Nord Stream - 2 et Turkish Stream.

Les restrictions s'expliquent par la "protection de la sécurité énergétique européenne". Mais tout en sachant que les Etats Unis, étant un grand producteur du gaz naturel liquéfié, ont leurs propres intérêts économiques dans cette affaire, cherchant à accroître ses exportations de gaz vers l'Europe.

Les sanctions sont proclamées contre toutes les entreprises qui construisent le Nord Stream-2. Outre Allseas pour les Suisses, il s'agit d'Engie pour les Français, d'OMV pour les Autrichiens, de Dutch Shell pour les Britanniques et d'Uniper et Wintershall pour les Allemands.

Le premier ministre russe Dmitri Medvedev a déclaré le 23 décembre que les sanctions américaines ne feraient que ralentir le projet, qui va être achevé coute que coute. Selon le chef du gouvernement, Gazprom dispose des options alternatives pour la pose de la conduite.

Selon le vice-premier ministre russe Dmitry Kozak, l'intérêt économique de l'UE finira par l'emporter sur les sanctions américaines.

 

Nord Stream 2 : plus qu’un enjeu exclusivement économique

Le gazoduc Nord Stream 2 est en cours de construction au fond de la mer Baltique, afin d'assurer un approvisionnement fiable en gaz de l'Union européenne. Le projet consiste à poser deux conduites d'une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes par an.

Le gazoduc traversera des pays situés le long du littoral de la mer Baltique : Finlande, Suède, Danemark et Allemagne. Actuellement construit à plus de 80%, le gazoduc doit permettre de doubler les livraisons directes de gaz naturel russe vers l’Europe occidentale.

Les États-Unis estiment que si le gazoduc est achevé, la Russie pourra influencer la politique européenne. La Russie, à son tour, stipule que le Nord Stream-2  est un projet exclusivement économique.