Sept critères pour bien choisir son interprète russe

Marina Yulis traductrice russe et anglais

Vous avez décidé de faire appel à un interprète russe pour une conférence, un rendez-vous d’affaires ou une formation. De langue maternelle russe, c’est mieux Cette caractéristique induit la culture, la façon de penser, les codes culturels. Une très bonne maîtrise de la langue ne sera pas suffisante. Il faut que le russe soit la langue maternelle de votre interprète. Au minimum qu’il soit bilingue russe. Sa vie doit intégrer la langue russe. Nous sommes loin d’un simple apprentissage d’une langue à l’école. C’est le critère le plus important pour l’interprétation. Ceci est également vrai pour la traduction écrite français-russe. C’est la règle de base de ce métier. Normalement, ces prestations ne se font que vers la langue maternelle des interprètes. Connaissance terminologique de votre secteur d’activité Lors des premiers contacts téléphoniques, vérifiez les connaissances de l’interprète. Posez-lui quelques questions techniques sur votre secteur d’activité. Ainsi, vous pourrez voir s’il maîtrise les termes de votre spécialité. N’oubliez pas qu’en Russie un diplôme peut s’acheter. Cela concerne tous les types de titres universitaires, y compris en langues étrangères. Les niveaux d’étude dans la langue doivent être vérifiés. Le diplôme ne devrait pas être votre seul critère de sélection… Les vrais professionnels sont rarement généralistes ou experts de tous les domaines. Ils seront littéraires, techniques et/ou scientifiques. Selon ses aptitudes, un traducteur se spécialise dans 4 ou 5 disciplines. Donc, privilégiez un traducteur russe français ayant déjà des références dans votre secteur d’activité. Ponctualité et respect de la longueur de vos phrases Il faut que votre traducteur soit à l’heure pour votre rendez-vous. Tous les russes ont des « retards diplomatiques » de 15 minutes. Étonnement, c’est plus une règle qu’une exception. En conséquence, si le traducteur arrive à l’heure, c’est déjà un bon point. Il a, sans doute, l’habitude de travailler avec les Européens. Pour une traduction fiable, un interprète français russe traduit TOUT ce que vous dites. Cela montre qu’il connaît bien son travail. Cinq phrases ne se traduisent pas en une seule. Les formulations russes ne sont pas plus « compactes » que les phrases françaises. Une lecture et une étude attentives des textes devront ainsi être réalisées. Tout du moins, c’est une étape indispensable dans les premiers temps de votre collaboration. Les connaissances en géographie et en géopolitique Un bon interprète français-russe maîtrise la géographie de son pays. De même, il parle bien sa langue. Cette connaissance fait partie de son métier. Par exemple, il sait que Novossibirsk et Novorossiysk sont à l’opposé sur la carte. Ceci est valable aussi pour Krasnodar et Krasnoïarsk ! Pourquoi ne pas, en guise de test, lui faire remplir une carte géographique de Russie ? Capacité à représenter votre entreprise Dans certains cas, votre interprète français-russe sera amené à représenter votre entreprise. Par conséquent, sa capacité à être un interlocuteur respectueux et agréable est fondamentale. De même, il devra avoir une bonne culture générale. Selon les clients et objectifs de mission, les interprètes peuvent avoir une certaine autonomie. La première étape nécessite la collecte d’informations sectorielles. Laissez votre prestataire récolter ces données pour vous, par exemple, lors de salons et conférences. Il doit le faire de façon autonome, sans devoir vous y rendre personnellement. Ce mode de fonctionnement est fortement recommandé. En effet, depuis l’apparition du Covid-19, de nouvelles manières de travailler émergent. Cela permet, de plus, de pallier à d’éventuelles impossibilités de voyager. Les déplacements en Russie et en CEI requièrent quelques formalités administratives. Vous avez suffisamment de difficultés avec les visas et assurances pour vos collaborateurs et vous. Votre traducteur a-t-il, alors, un double passeport ? Avoir son propre passeport russe est un atout non négligeable. Cela facilitera l’entrée de votre interprète dans plusieurs pays de la CEI (Kazahstan, Azerbaïdjan…). Aisance relationnelle Vous devez faire des formations et des conférences en russe. Testez votre prestataire devant une petite audience. S’il a peur en public, votre formateur n’y pourra rien… Il s’agit d’une vraie difficulté. Imaginez une lecture de textes de façon insipide… Pour vos enseignements en présentiel ou en ligne, l’aisance est un atout indispensable. Il fait partie des critères d’importance pour bien choisir votre interprète. L’interprète doit être à l’aise avec les technologies récentes Echanger avec vos interlocuteurs en visioconférence est un moyen à utiliser sans retenue. C’est une forme de travail de traducteurs en ligne, tout aussi efficace qu’en présentiel. Dans la rubrique dédiée, vous trouverez nos services d’interprétation à distance, par Zoom, Teams ou tout autre plateforme. L’expertise technologique du traducteur est également un prérequis important pour la traduction des sites et des applications. Les traducteurs peuvent faire la localisation de votre site web en fonction de la langue. Les connaissances en SEO, en fonctionnement des moteurs de recherche russes, en sémantique et en marketing seront nécessaires pour traduire le site en russe correctement. Dans ces domaines, aucun outil automatique ne traduit en toute fiabilité à ce jour. Comment résumer nos conseils concernant le bon choix d’interprète français-russe en quelques mots ? Il est bilingue français russe. Idéalement, il maîtrise l’anglais en plus. Il a une connaissance approfondie des lexiques propres à votre domaine d’activité. Il se donne la peine de se préparer en avance pour votre rendez-vous.Un interprète français-russe compétent est ponctuel. Il est à l’aise en public. Prendre la parole n’est pas une difficulté. Il est capable de devenir le vrai « visage » de votre entreprise. Si vous cherchez un interprète russe, qui corresponde à ces critères — […]