BLOG

L’interprétation français-russe et français-anglais pour vos visioconférences

Marina — Mardi 8 Juin 2021


Une nouvelle réalité économique due au COVID-19 a vu le jour. Je continue d’accompagner vos projets avec vos partenaires russophones et anglophones.

Traductrice français anglais lors d'une visioconférence

Je propose des services d’interprétation français-russe et français-anglais par visioconférence.

J’œuvre sur la base de Zoom, Teams, Google Meet ou toutes autres plateformes.

Les échanges avec votre clientèle étrangère ne s’arrêtent pas malgré les frontières fermées. La traduction en vidéo à distance est idéale pour cela.

Les bénéfices de l’interprétation à distance par rapport à un interprète présent sur place

– La possibilité de combler toute urgence, tout besoin de dernière minute.

– Les économies sur les frais de transport et d’hébergement de l’interprète. C’est un avantage certain d’une prestation en ligne.

– Une facture correspondant au nombre d’heures effectives de travail. Un traducteur se rendant sur place vous comptera au minimum une demi-journée, voire plus.

– La liberté d’avoir concomitamment plusieurs chaînes audio avec des interprètes de différentes langues. En fonction des langages parlés, chacun peut suivre, alors, le développement de la réunion.

Pour toute demande d’interprète par vidéo-conférence, contactez-nous pour un devis gratuit. Nous intervenons en français-russe, français-anglais, et français-espagnol.

L’organisation de la traduction à distance : simplicité et efficacité

Traductrice pendant une réunion Traduction par visioconférence lors d'une réunion

Depuis mars 2019, toute mon équipe de professionnels de la traduction travaille principalement à distance.

Pour cela, nous utilisons la visioconférence.

Pour autant, nous proposons également nos compétences habituelles comme la localisation de textes et nos services d’interprète en présentiel pour vos rendez-vous d’affaires, réunions et formations.

Le début de la pandémie de COVID marque l’avènement d’une ère inédite. Celle-ci est riche en enseignement. Les traducteurs du monde entier ont dû s’approprier cette nouvelle méthode de conférence. Ils ont donc largement eu l’occasion de s’adapter à l’interprétariat en vidéo. Ils ont, de ce fait, développé des compétences novatrices.

L’organisation est simple. L’interprète se connecte avec son ordinateur en home office. Il se joint à votre réunion, webinaire ou formation virtuelle. Il participe avec le son ou le son et la vidéo, selon vos besoins.

Si votre bureau est à Paris, nous pouvons aussi venir vous y retrouver. Nous serons, alors, « sur le même côté de l’écran » que vous pendant votre entretien.

 

Notre comparatif des outils de vidéoconférences

Voici un rappel de l’existant en 2021 des plateformes pour les visioconférences. Elles sont gratuites et accessibles en France et en Russie.

 

Skype

Ce logiciel est bien pour les réunions en petit groupe. En effet, vous n’avez que vingt-cinq utilisateurs simultanés possibles.

 

Zoom visio

La version gratuite est limitée. Elle autorise 100 participants et 40 minutes maximum de réunion. Cette plateforme est très intuitive et conviviale, de son installation à son utilisation.

 

Webex

Vous aurez cent personnes et jusqu’à 24 h de réunion en mode gratuit. Cette application est disponible dans la plupart des pays russophones.

 

Microsoft teams

Il est limité en nombre d’utilisateurs (moins de 20). Sa prise en main peut être difficile pour les non-experts dans cette matière.

Il existe aussi d’autres plateformes. Voici quelques exemples. La liste n’est pas exhaustive.

Google meet,

GoToMeeting,

BlueJeans,

Starleaf,

FastViewer,

Adobe Connect…

 

Possibilité d’intégrer l’interprétariat multilingue dans ZOOM

Une option distingue ZOOM des autres plateformes. Vous pouvez incorporer dans vos vidéoconférences un groupe de traducteurs en plusieurs langues. En fonction des langages maîtrisés, chaque intervenant à la réunion prendra le canal audio adéquat.

Cela se passe exactement comme pendant les conférences en présentiel. Dans ce cas, le principe de la prestation est le suivant. Les professionnels linguistiques traduisent en cabine. Les participants dans la salle mettent un casque et sélectionnent la chaîne dans leur langue.

Ce type de logiciels, pour ordinateur ou tablette, gratuits ou pas, est en développement permanent. Le but est de répondre aux besoins croissants des entreprises.

L’enseignement à tirer de la situation sanitaire de 2019-2020 se résume simplement. L’interprétariat en vidéo est une solution économique et conviviale. Elle est efficace pour continuer vos relations commerciales internationales.

Comment l’essor de l’interprétariat par vidéo influence-t-il la vie des interprètes ?

Marina, dirigeante de Marina Yulis Traduction, partage son expérience 

Lire la suite…

Sept critères pour bien choisir son interprète russe

Marina — Vendredi 4 Juin 2021


Vous avez décidé de faire appel à un interprète russe pour une conférence, un rendez-vous d’affaires ou une formation.

Voici mes recommandations pour reconnaître un professionnel fiable.

Marina Yulis, traductrice russe à Paris et en Ilde-de-France

Marina Yulis, dirigeante d’un cabinet de traduction à Paris, vous donne ses 7 conseils pour distinguer un traducteur professionnel d’un amateur

  1. De langue maternelle russe, c’est mieux

Cette caractéristique induit la culture, la façon de penser, les codes culturels. Une très bonne maîtrise de la langue ne sera pas suffisante. Il faut que le russe soit la langue maternelle de votre interprète. Au minimum qu’il soit bilingue russe. Sa vie doit intégrer la langue russe. Nous sommes loin d’un simple apprentissage d’une langue à l’école.

C’est le critère le plus important pour l’interprétation. Ceci est également vrai pour la traduction écrite français-russe. C’est la règle de base de ce métier. Normalement, ces prestations ne se font que vers la langue maternelle des interprètes.

  1. Connaissance terminologique de votre secteur d’activité

Lors des premiers contacts téléphoniques, vérifiez les connaissances de l’interprète. Posez-lui quelques questions techniques sur votre secteur d’activité. Ainsi, vous pourrez voir s’il maîtrise les termes de votre spécialité.

N’oubliez pas qu’en Russie un diplôme peut s’acheter. Cela concerne tous les types de titres universitaires, y compris en langues étrangères. Les niveaux d’étude dans la langue doivent être vérifiés. Le diplôme ne devrait pas être votre seul critère de sélection…

Les vrais professionnels sont rarement généralistes ou experts de tous les domaines. Ils seront littéraires, techniques et/ou scientifiques. Selon ses aptitudes, un traducteur se spécialise dans 4 ou 5 disciplines. Donc, privilégiez un traducteur russe français ayant déjà des références dans votre secteur d’activité.

  1. Ponctualité

Il faut que votre traducteur soit à l’heure pour votre rendez-vous. Tous les russes ont des « retards diplomatiques » de 15 minutes. Étonnement, c’est plus une règle qu’une exception. En conséquence, si le traducteur arrive à l’heure, c’est déjà un bon point. Il a, sans doute, l’habitude de travailler avec les Européens.

  1. Le respect de la longueur de vos phrases

Pour une traduction fiable, un interprète français russe traduit TOUT ce que vous dites. Cela montre qu’il connaît bien son travail. Cinq phrases ne se traduisent pas en une seule.

Les formulations russes ne sont pas plus courtes que les phrases françaises. Une lecture et une étude attentives des textes devront ainsi être réalisées. Tout du moins, c’est une étape indispensable dans les premiers temps de votre collaboration.

  1. Les connaissances en géographie et en géopolitique

Un bon interprète français-russe maîtrise la géographie de son pays. De même, il parle bien sa langue. Cette connaissance fait partie de son métier. Par exemple, il sait que Novossibirsk et Novorossiysk sont à l’opposé sur la carte. Idem pour Krasnodar et Krasnoïarsk ! Pourquoi ne pas, en guise de test, lui faire remplir une carte géographique de Russie ?

  1. Capacité à représenter votre entreprise

Dans certains cas, votre interprète français-russe sera amené à représenter votre entreprise. Par conséquent, sa capacité à être un interlocuteur respectueux et agréable est fondamentale. De même, il devra avoir une bonne culture générale.

Selon les clients et objectifs de mission, les interprètes peuvent avoir une certaine autonomie.

La première étape nécessite la collecte d’informations sectorielles. Laissez votre prestataire récolter ces données pour vous, par exemple, lors de salons et conférences. Il doit le faire de façon autonome, sans devoir vous y rendre personnellement.

Ce mode de fonctionnement est fortement recommandé. En effet, depuis l’apparition du Covid-19, de nouvelles manières de travailler émergent. Cela permet, de plus, de pallier à d’éventuelles impossibilités de voyager.

Les déplacements en Russie et en CEI requièrent quelques formalités administratives. Vous avez suffisamment de difficultés avec les visas et assurances pour vos collaborateurs et vous. Votre traducteur a-t-il, alors, un double passeport ?

Avoir son propre passeport russe est un atout non négligeable. Cela facilitera l’entrée de votre interprète dans plusieurs pays de la CEI (Kazahstan, Azerbaïdjan…).

  1. Aisance relationnelle

Vous devez faire des formations et des conférences en russe. Testez votre prestataire devant une petite audience. S’il a peur en public, votre formateur n’y pourra rien… Il s’agit d’une vraie difficulté. Imaginez une lecture de textes de façon insipide…

Pour vos enseignements en présentiel ou en ligne, l’aisance est un atout indispensable. Il fait partie des critères d’importance pour bien choisir votre interprète.

  1. L’interprète doit être à l’aise avec les technologies récentes

Echanger avec vos interlocuteurs russophones en visioconférence est un moyen à utiliser sans retenue. C’est une forme de travail de traducteurs en ligne, tout aussi efficace qu’en présentiel. Dans la rubrique dédiée, vous trouverez nos services d’interprétation à distance, par Zoom, Teams ou tout autre plateforme.

L’expertise technologique du traducteur est également un prérequis important pour la traduction des sites et des applications. Les traducteurs peuvent faire la localisation de votre site web en fonction de la langue. Des connaissances en SEO, en fonctionnement des moteurs de recherche russes, en sémantique seront nécessaires pour traduire le site en russe correctement.

Dans ces domaines, aucun outil automatique ne traduit en toute fiabilité à ce jour. Lire la suite…

Choisir un outil gratuit pour la traduction français-russe

Marina — Lundi 15 Mars 2021


Choisir un outil gratuit pour la traduction français-russe

Plusieurs outils gratuits de traduction sont actuellement disponibles. Quelle plateforme de traduction en ligne choisir et dans quel cas les utiliser ? Faisons le point.

Dans certains cas, la traduction automatique est assez fiable

La traduction en ligne peut être réalisée par Google.translate, Microsoft, Deepl.com et plusieurs autres plateformes similaires. Dans certains cas, la traduction automatique est fiable et permet de comprendre les grandes lignes d’un texte. Elle peut en outre traiter de gros volumes d’écrits simples et répétitifs. En revanche, il y a plusieurs cas où il devient indispensable de faire appel à un traducteur humain:  

  1. La traduction doit être impeccable et précise
  2. Le texte comporte des passages imagés ou possède une structure grammaticale sophistiquée
  3. Le langage utilisé ne se résume pas à sa composante purement rationnelle

Les outils de traductions sont, pour l’heure, limités comme ils sont incapables de lire et de traduire « entre les lignes ».  Ils sont dépourvus de capacités mentales qui nous diffèrent des robots. Il s’agit de la créativité, de la curiosité, des émotions, de l’empathie, de l’intuition linguistique, du sens de l’humour…

Nous verrons toutefois ce que sera la traduction automatique dans 30 ans !

 

Dans le tableau ci-dessous, le récap de quand l’on peut utiliser les outils de traductions

Type de texteOui, on peut utiliser la traduction automatiqueOui, on peut utiliser la traduction automatique, suivie d’une relecture humaineNon, on ne peut pas utiliser la traduction automatique pour ce type de texte
Les textes où l’on a juste besoin en comprendre les grandes lignes                X               
Documents techniques                 X 
Interfaces utilisateur                 X 
Logiciels                 X 
Sites web                 X 
Supports marketing                       X
Textes littéraires                       X
Textes destinés à être publiés                       X
Correspondance officielle                       X
Documents nécessitants une traduction assermentée                       X

 

Quel outil de traduction en ligne est meilleur pour la langue russe ?

Le choix de votre traductrice russe :

Deepl, la plateforme de traduction par intelligence artificielle s’en sort mieux que les autres pour la traduction française russe. Deepl est utilisé par ailleurs par les traducteurs professionnels français russe pour faire les pré-traductions et ainsi gagner du temps… On peut comparer le travail avec cet outil à celui d’un peintre qui fait un croquis rapide et approximatif, pour après le remplir soigneusement de couleurs, de nuances et de vie.

Mais, encore une fois, ayez recours à Deepl ou autres outils similaires seulement si votre texte n’est qu’une simple séquence de phrases techniques.

Et notez que jusqu’à présent toute traduction automatique mérite une relecture par un humain.

 

⊗Life Hack : NE JAMAIS JAMAIS JAMAIS
traduisez votre correspondence amoureurse avec des utiles de traduction en ligne… Sauf si vous voulez que votre amie vous prenne pour un scammer.

 

Cas pratique :

Dans un texte parlant de SEO (optimisation pour les moteurs de recherches), un logiciel de traduction français russe traduit le nom de plugin Yoast SEO comme… « levure SEO ». Pourquoi ? Probablement puisque le nom propre Yoast n’est pas encore dans sa base, mais il ressemble pas mal à un mot yeast (levure).

Les logiciels n’arrivent pas toujours à prendre en compte le contexte du texte ni à identifier certains termes.

La contextualisation et la fiabilité terminologique sont les défis majeurs pour les développeurs d’algorithmes de traduction en vue de pouvoir proposer aux utilisateurs des traductions les plus précises et pertinentes possibles.

Remise du compteur présidentiel de Vladimir Poutine à zéro

Marina — Jeudi 25 Juin 2020


Remise du compteur présidentiel de Vladimir Poutine à zéro

La Russie se prépare à voter des amendements à la constitution, proposés par Vladimir Poutine. Le vote populaire aura lieu le 1 Juillet 2020.

Ces amendements changent les pouvoirs du président, élu en 2018, donc ceux-ci devront entrer en vigueur à partir des nouvelles élections présidentielles. Mais Vladimir Poutine souligne qu’il organise un vote national pour que le peuple russe valide ces nouveaux amendements, et ils seront effectifs juste après le vote.

Le point clé : Vladimir Poutine a accepté la proposition de remettre à zéro les compteurs limitant à deux les mandats présidentiels et de se représenter à l’élection présidentielle de 2024 (et voir aussi 2030 par la suite ?), à condition que la Cour Constitutionnelle soit d’accord.

Lire la suite…

Cinq critères pour une bonne traduction de site web en russe

Marina — Mercredi 22 Avril 2020


Vous souhaitez faire traduire votre site ou votre application en russe ?

Pour assurer l’adaptation d’une version russe à des moteurs de recherches, le traducteur doit agir sur 5 points importants. 

Traductrice russe professionnelle

Pour bien localiser votre site en russe, privilégiez un traducteur ayant des notions avancées de SEO. 

Gérer la mise en page lors de la traduction des sites web

La mise en page est un véritable problème pour le prestataire chargé de la traduction d’un site internet. Donc un minimum de connaissances en web design sera un plus considérable lors de votre choix du traducteur. Un bon point : la mise en page d’un site francophone conviendra tout à fait à la lecture de caractères russes, comme le cyrillique a le même espacement que l’alphabet latin et se lit de la même façon, de gauche à droite, de haut en bas (à la différence du chinois, par exemple).

Avoir une expertise en SEO, optimiser le texte pour les moteurs de recherche russes

Un site internet qui apparaît sur la 55ème page dans les résultats d’une recherche ? Pas une bonne idée. Lors de la traduction, le traducteur doit avoir son dégrée de liberté pour bien positionner les mots clés dans son texte, pour obtenir un bon référencement naturel. Il doit avoir la liberté de repositionner les accents dans vos textes de façon optimal pour les robots de moteurs.
Eventuellement changer des phrases peut être nécessaire. Bref, un traducteur professionnel avec des notions avancées  de SEO – c’est un choix idéal !

Petite astuce : lors du choix du traducteur pour traduire votre site en russe, regardez bien… le positionnement de son propre site sur Google. Si vous trouvez ce prestataire sur la première page de Google, hors pub – cela veut dire qu’il a des connaissances nécessaires en référencement ! Sachez qu’en Russie en termes de nombre d’utilisateurs Google n’a que la 2ème place (près de 45%), et la première place (près de 55%) appartient au moteur Russe Yandex. Donc il faut savoir référencer à la fois sur Google et sur Yandex.

Сonnaitre les CMS de base comme WordPress 

Le traducteur professionnel chargé de l’adaptation d’un site web doit avoir des compétences techniques suffisantes pour gérer de nombreux formats de documents.

Au minimum, choisissez un prestataire capable de travailler directement dans le WordPress, Wix, Jimdo ou autres CMS de base – cela sera utile lorsqu’il vous faudra refaire appel à ce même traducteur pour mettre à jour le blog ou les pages produits.

Avoir une expertise en réseaux sociaux russes et en webmarketing: un vrai plus

Aujourd’hui vous traduisez que le site, mais le step 2 sera sans doute d’être présents sur les réseaux sociaux russes et créer des communautés autour de vos produits et services. Si le prestataire que vous choisissez peut gérer les communautés de produits sur Facebook, Instagram ou bien TikTok  s’il est à l’aise avec la vidéo et qu’il puisse vous faire des Directs en russe – votre développement sur le marché russe ira beaucoup plus vite!

Lire la suite…

Le sort de Nord Stream 2 : le gazoduc sera-t-il achevé malgré les nouvelles sanctions américaines ?

Marina — Jeudi 2 Janvier 2020


Le sort de Nord Stream 2 : le gazoduc sera-t-il achevé malgré les nouvelles sanctions américaines ?

Le ministre russe de l’énergie Alexander Novak a déclaré que le gazoduc Nord Stream 2 sera achevé malgré les sanctions américaines.

Le 21 décembre, les États-Unis ont imposé des sanctions sur le gazoduc, ce qui a amené l’entreprise suisse Allseas a suspendre la pose des conduites au fond de la mer Baltique.

” Il est trop tôt pour dire qu’Allseas ne pourra pas terminer Nord Stream 2. Ils ont suspendu les travaux pour exclure les risques de sanctions ” – a déclaré M. Novak. Le ministre a assuré que le pipeline ” sera achevé en toutes circonstances “. Selon lui, il reste moins de 160 km de conduites à poser (sur les 1200 km de la longueur totale).

Auparavant, le Sénat américain a approuvé un projet de loi sur le budget de la défense pour 2020, qui comprend des sanctions contre les gazoducs russes : Nord Stream – 2 et Turkish Stream.

Les restrictions s’expliquent par la “protection de la sécurité énergétique européenne”. Mais tout en sachant que les Etats Unis, étant un grand producteur du gaz naturel liquéfié, ont leurs propres intérêts économiques dans cette affaire, cherchant à accroître ses exportations de gaz vers l’Europe.

Lire la suite…

Poutine-Macron: parler à la Russie, serait-ce utile?

Marina — Dimanche 25 Août 2019


Lundi 19 août, Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se sont retrouvés en France, à Brégançon. Quel est l’intérêt de cette rencontre, à quelques jours du G7, dont la Russie ne fait pas partie ?

De nombreuses questions sont aujourd’hui à l’ordre du jour entre la France et la Russie.

Notamment:

– L’influence des hackers russes dans la campagne électorale en France

– Le rapprochement entre Marine le Pen et le Kremlin

– Guerre des sanctions suite aux événements en Crimée

« Marine le Pen ne cache pas sa sympathie pour la Russie, et c’est pour ça qu’elle s’y rend de plus en plus souvent », a coupé court le président russe. Quant aux hackers, il a expliqué devant les journalistes que l’histoire des hackers n’a pas été discutée.

Or, vue de la presse française, Emmanuel Macron s’est juste servi de Vladimir Poutine pour s’affirmer aux yeux du monde.

« Cette rencontre, c’est l’occasion pour Emmanuel Macron d’affirmer une posture, et à ce titre, quel meilleur protagoniste que Vladimir Poutine ? Lors de leur première rencontre en 2017 à Versailles, un Emmanuel Macron fraîchement élu avait taclé la politique russe, notamment sur la question des homosexuels en Tchétchénie. Cela avait fait passer un message pour tous les autres dirigeants : malgré son jeune âge et une certaine inexpérience politique, il allait se montrer ferme sur ses positions » – 20 minutes.

https://www.20minutes.fr/monde/2585427-20190819-emmanuel-macron-sert-vladimir-poutine-affirmer-yeux-monde

Notamment, pour la Crimée, le président français a réaffirmé que “La France ne reconnaîtra pas l’annexion” en souhaitant que l’OSCE veille sur le processus de paix en Ukrainе. Lire la suite…

EXPERIENCE D’UN PMI FRANCAIS SUR LE MARCHE RUSSE: CAS DE SAS SICCOM

Marina — Lundi 8 Avril 2019


Une PMI française SAS SICCOM a réussi à pénétrer le marché russe, y établir des relations de confiance et y devenir un acteur important en 5 ans.

Pierre-Gilles Vassort, responsable de zone Export de la société Siccom, fabricant français de pompes de relevage de condensats, nous raconte son histoire de la conquête du marché russophone : difficultés, certification, problèmes typiques du marché russe, etc.

Mission de traduction français russe lors du salon Klimat World à Moscou

Première démarche : la certification EAC

Mon expérience du marché Russe s’est faite sur une intuition : Comment un pays de plus de 170 millions de personnes pourrait s’intéresser à un accessoire de climatisation (pompes de relevage)?

La Russie est un pays froid dans nos pensés mais aussi un pays chargé d’histoire avec des populations aisées et beaucoup de bâtis historiques, bref une étude s’est imposée.

Nos premières démarches ont été celles des certifications et obtenir le droit d’exporter en étant aux normes locales – EAC (Certificat de l’Union douanière Russie-Bielorussie-Kazahstan). On doit certifier les produits par code douanier (reprenant plusieurs références), la démarche étant assez chère. Nous avons décidé de passer par une société de certification suisse SERCON et on a obtenu la certification rapidement.

Prospection du marché russe

Une fois cette formalité faite, nous nous sommes interrogés pour estimer le marché potentiel et très vite la barrière de la langue et de la culture s’est imposée.
  Le recours à un interprète natif à été incontournable. Consulter « Yandex » (moteur de recherche russe, beaucoup plus utilisé par les russes que Google) pour identifier des prospects, leur téléphoner pour obtenir des informations et dans un second temps après leurs identifications prendre des rendez-vous… Les entrepreneurs Russes changent et sont friands de technologie européenne, mais malgré ces intérêts, ils restent Russes et ne parleront ouvertement qu’avec un natif ; je pense que c’est la clé.

Marché russe : développement

En commençant comme un tout petit acteur de marché avec 2 petits distributeurs dans la région de Moscou, en 5 ans notre société est devenue leader sur notre marché de mini-pompes de relevage en Russie, avec 5 distributeurs nationaux. Nous sommes passé en 5 ans de 200.000 euros à 1.200.000 euros et plus de 50% de parts de marché… 

La suite de l’histoire de Siccom en Russie –  très bientôt dans le blog: développement de marché russe, problèmes clés  et aussi la perspective de l’ouverture des autres marchés de l’ex-espace soviétique comme la suite logique du développement de la marque en Russie.

Marché russe : expansion 

En commençant comme un tout petit acteur de marché – en 5 ans Siccom est devenu l’acteur possédant 50% de parts de marché russe de mini-pompes de relevage.  Les clients Russes sont friands de marketing européen, de challenges commerciaux et de technologies de l’ouest, ils apprécient beaucoup le contact directe avec le fabricant européen, leur montrant notre ouverture et disponibilité. Dès lors je me déplace souvent sur tout le territoire russe et je forme nos partenaires sur place, ce qui contribue à l’image de marque sérieuse et fiable.

En 5 ans, ma vision de ce pays a changé. Les Russes sont très proches de nous, ils ont besoin d’être rassuré, de tester, de retester et ils deviennent des partenaires.  J’ai maintenant des clients fidèles qui n’hésitent pas à me demander des informations sur leur propre marché et ils sont force de proposition pour de nouveaux produits. Un de nos partenaires russes a même participé à la conception d’une nouvelle technologie pour notre gamme de pompes économiques! 

En termes de CA global sur le marché russe, nous sommes passé en 5 ans de 200.000 euros à 1.200.000 euros. 

Lire la suite…

Mariages entre les français et les russes: pourquoi c’est si difficile?

Marina — Mercredi 28 Novembre 2018


J’ouvre par cet article un nouveau projet : des interviews avec des français, mariés avec des femmes russes (et vice versa). 

Les difficultés – les points d’affinités et les conflits entre les deux cultures dans la vie de couple ; les différentes approches de l’éducation des enfants… 

Un couple franco russe

Des couples franco russes: les conflits entre les deux cultures sont souvent au rendez-vous

Voilà le témoignage de Sylvain habitant à Lyon et marié depuis 5 ans avec Marina, une jeune fille Russe de la ville de Ivanovo. Sylvain – c’est un français plutôt atypique, comme il parle couramment le russe qu’il a appris dans le cadre de son travail mais aussi pour sa motivation personnelle, ce qui, paraît-il, l’aide beaucoup. Sylvain et Marina ont un fils de 4 ans, Nikita.

–        Racontes, comment vous vous êtes rencontrés ?

–        Lors d’un voyage en Italie. Pour moi c’était un séminaire professionnel, Marina voyageait pour le plaisir avec 3 amies.  Alors qu’avec mes collègues nous dinions sur la place Naviona à Rome, mon ancien chef avait remarqué une amie de Marina. Lorsqu’il s’est rendu compte qu’elle était Russe il m’a envoyé en mission de reconnaissance. Comme je me débrouillais dans la langue de Pouchkine, j’étais désigné d’office. J’ai abordé Marina et son amie et nous avons commencé à discuter. Quelques minutes plus tard, mon chef qui venait de dévaliser un marchand de roses ambulant arrivait avec un énorme bouquet. Sachant qu’il ne comprenait pas ce que je racontais, j’en ai profité pour offrir le bouquet à Marina et à ses amies. Nous avons échangé nos emails et en sommes restés là pour l’épisode italien. Un an après, je me rendais à Moscou pour les vacances. J’ai contacté Marina pour qu’elle me fasse visiter la région d’Ivanovo … Le charme de Plios, Syzdal et surtout de Marina ont fait le reste. 2 mois après elle venait à Paris. En hiver je découvrais les joies du Bania avec mon beau père. 4 mois plus tard …Nous étions mariés !!! 

–        Coté administratif, est-ce que vous avez eu des difficultés ?

–        Pour le coté Administratif, ça a été un vrai cauchemar. Nous nous sommes mariés administrativement parlant alors qu’elle avait un visa touristique. Le consulat de France en Russie l’a mal pris. Du coup, ils ont fait trainer son dossier avant de lui refuser le visa à cause de son niveau de Français. Le plus ridicule dans tout ça c’est qu’ils lui ont payés 20h de cours de Français à Moscou.  La seule condition pour obtenir son visa était de les suivre. Il n’y avait aucune obligation de résultat. Nous avions prévu la célébration du mariage le 22 juin … Elle a obtenu son visa le 19 … Nous avions annulé les festivités une semaine auparavant !!! Sa famille avait déjà obtenu les visas et acheté les billets d’avion. Bref ça a été extrêmement compliqué … Mais ça s’est bien fini.  Après le plus dur a été d’attendre à partir de 2h du matin a la préfecture de Lyon pour obtenir chaque année son titre de séjour …  A l’époque il n’était pas possible de prendre rendez-vous … Une fois nous n’avons même pas pu obtenir un ticket. Naïvement, j’avais commencé de faire la queue à partir de 4h du matin !!!   Pour résumer un très mauvais souvenir…

–        Quelles langues parlez-vous à la maison ?

–        Nous parlons Russe à la maison. Je ne parle Français qu’avec mon fils. Le pire c’est que je n’arrive pas à parler plus de 2 minutes avec Marina en Français. Je bascule systématiquement en Russe, ce n’est pas naturel pour moi de lui parler en Français. Ça m’a aidé à progresser …  Par contre ça ne l’aide pas du tout. Notre fils Nikita parle du coup les deux langues. Après, n’étant pas natif il me manque souvent des mots, c’était encore plus vrais au départ et nous avons du coup développé une sorte de langage hybride.

–        Sylvain, as-tu appris à faire la cuisine russe ?

–        J’adorai, j’adore et j’adorerai la cuisine russe ! J’ai appris à faire pas mal de trucs. Marina a converti toute ma famille aux Chachliks (barbecue à la russe). Quand on repense à toutes ses années à manger des brochettes de dinde trop cuite … Le plof aussi ! (C’est un plat de l’orient de la Russie à la base du riz et de viande).  Désormais en Auvergne c’est barbecue par tout temps toute l’année. Même en hiver ! A la maison, c’est Marina qui cuisine le plus sauf les desserts, c’est ma chasse gardée. C’est assez drôle, au début lorsqu’elle parlait de la cuisine en France, elle racontait à sa famille que nous mangions les desserts comme des enfants.

–        L’adaptation, a-t-elle été difficile pour Marina ?

–        Dans l’ensemble ça s’est bien passé. Elle a été très surprise par l’importance des relations sociales en France. Elle avait du mal à comprendre que l’on rencontre beaucoup de monde, que je discute avec d’autres personnes, des hommes, des femmes …
Son modèle familiale Russe autocentré a été quelque peu éprouvé au contact d’un modèle Latin plus ouvert …ou tout du moins faussement ouvert. C’était très difficile pour elle. Les Latins ont l’habitude de la représentation, les Russes moins. Mais quand ils s’ouvrent c’est entièrement. Elle était un peu perdue au départ mais ça va mieux. Elle prenait aussi assez mal le fait que finalement peu de monde en France connaissait l’histoire de l’Europe de l’Est. Mais tout le monde avait un avis dessus … Elle avait appris l’histoire de l’Europe et de la France et finalement la connaissait parfois mieux que beaucoup de Français. Ce décalage était pour elle un choc. Elle avait une image des français très cultivés, un peu philosophes sur les bords. Au début elle essayait d’expliquer … Maintenant elle en a fait son deuil et elle évite le sujet.

Lire la suite…

PRÉSIDENTIELLE RUSSE 2018 : VLADIMIR POUTINE A-T-IL DE RÉELS ADVERSAIRES ?

Marina — Vendredi 8 Décembre 2017


PRÉSIDENTIELLE RUSSE 2018 : VLADIMIR POUTINE A-T-IL DE RÉELS ADVERSAIRES ?

La date des élections présidentielles en Russie est fixée pour le 18 mars 2018. Pourtant la liste des candidats potentiels n’est pas encore officialisée et ceux qui se présentent, sont souvent d’écrits par la majorité de la population par seulement quatre mots : «Mais qui sont-ils ? »

 

Vladimir Poutine vient de confirmer officiellement sa candidature hier. Le dernier questionnement de la F.O.M. (Fondation Nationale de l’Opinion Civile), fin novembre 2017, montre que Vladimir Poutine a pour l’instant la position de leader non-ambigu de cette future élection avec 68% des intentions de vote , laissant loin dernière tous les autres candidats potentiels avec des intentions de vote de l’ordre de 1 à 7 %. Ceci malgré le dossier Rutenium 106, dont on parle beaucoup en France et qui fait un énorme buzz sur les réseaux sociaux russes, mais pourtant beaucoup de russes n’en n’ont même pas… entendu parler !

Lire la suite…

Marina Yulis

L’interprétation français-russe et français-anglais pour vos visioconférences


Une nouvelle réalité économique due au COVID-19 a vu le jour. Je continue d’accompagner vos projets avec vos partenaires russophones et anglophones.

Traductrice français anglais lors d'une visioconférence

Je propose des services d’interprétation français-russe et français-anglais par visioconférence.

J’œuvre sur la base de Zoom, Teams, Google Meet ou toutes autres plateformes.

Les échanges avec votre clientèle étrangère ne s’arrêtent pas malgré les frontières fermées. La traduction en vidéo à distance est idéale pour cela.

Les bénéfices de l’interprétation à distance par rapport à un interprète présent sur place

- La possibilité de combler toute urgence, tout besoin de dernière minute.

- Les économies sur les frais de transport et d’hébergement de l’interprète. C’est un avantage certain d’une prestation en ligne.

- Une facture correspondant au nombre d’heures effectives de travail. Un traducteur se rendant sur place vous comptera au minimum une demi-journée, voire plus.

- La liberté d’avoir concomitamment plusieurs chaînes audio avec des interprètes de différentes langues. En fonction des langages parlés, chacun peut suivre, alors, le développement de la réunion.

Pour toute demande d’interprète par vidéo-conférence, contactez-nous pour un devis gratuit. Nous intervenons en français-russe, français-anglais, et français-espagnol.

L’organisation de la traduction à distance : simplicité et efficacité

Traductrice pendant une réunion Traduction par visioconférence lors d'une réunion

Depuis mars 2019, toute mon équipe de professionnels de la traduction travaille principalement à distance.

Pour cela, nous utilisons la visioconférence.

Pour autant, nous proposons également nos compétences habituelles comme la localisation de textes et nos services d’interprète en présentiel pour vos rendez-vous d’affaires, réunions et formations.

Le début de la pandémie de COVID marque l’avènement d’une ère inédite. Celle-ci est riche en enseignement. Les traducteurs du monde entier ont dû s’approprier cette nouvelle méthode de conférence. Ils ont donc largement eu l’occasion de s’adapter à l’interprétariat en vidéo. Ils ont, de ce fait, développé des compétences novatrices.

L’organisation est simple. L’interprète se connecte avec son ordinateur en home office. Il se joint à votre réunion, webinaire ou formation virtuelle. Il participe avec le son ou le son et la vidéo, selon vos besoins.

Si votre bureau est à Paris, nous pouvons aussi venir vous y retrouver. Nous serons, alors, « sur le même côté de l’écran » que vous pendant votre entretien.

 

Notre comparatif des outils de vidéoconférences

Voici un rappel de l’existant en 2021 des plateformes pour les visioconférences. Elles sont gratuites et accessibles en France et en Russie.

 

Skype

Ce logiciel est bien pour les réunions en petit groupe. En effet, vous n’avez que vingt-cinq utilisateurs simultanés possibles.

 

Zoom visio

La version gratuite est limitée. Elle autorise 100 participants et 40 minutes maximum de réunion. Cette plateforme est très intuitive et conviviale, de son installation à son utilisation.

 

Webex

Vous aurez cent personnes et jusqu’à 24 h de réunion en mode gratuit. Cette application est disponible dans la plupart des pays russophones.

 

Microsoft teams

Il est limité en nombre d’utilisateurs (moins de 20). Sa prise en main peut être difficile pour les non-experts dans cette matière.

Il existe aussi d’autres plateformes. Voici quelques exemples. La liste n’est pas exhaustive.

Google meet,

GoToMeeting,

BlueJeans,

Starleaf,

FastViewer,

Adobe Connect…

 

Possibilité d’intégrer l’interprétariat multilingue dans ZOOM

Une option distingue ZOOM des autres plateformes. Vous pouvez incorporer dans vos vidéoconférences un groupe de traducteurs en plusieurs langues. En fonction des langages maîtrisés, chaque intervenant à la réunion prendra le canal audio adéquat.

Cela se passe exactement comme pendant les conférences en présentiel. Dans ce cas, le principe de la prestation est le suivant. Les professionnels linguistiques traduisent en cabine. Les participants dans la salle mettent un casque et sélectionnent la chaîne dans leur langue.

Ce type de logiciels, pour ordinateur ou tablette, gratuits ou pas, est en développement permanent. Le but est de répondre aux besoins croissants des entreprises.

L’enseignement à tirer de la situation sanitaire de 2019-2020 se résume simplement. L’interprétariat en vidéo est une solution économique et conviviale. Elle est efficace pour continuer vos relations commerciales internationales.

Comment l’essor de l’interprétariat par vidéo influence-t-il la vie des interprètes ?

Marina, dirigeante de Marina Yulis Traduction, partage son expérience 

Avant nous vivions d’une salle de conférences à l’autre. Nous allions de ville en ville, de pays en pays… Nous passions beaucoup de temps dans les trains et les avions. Cela m’est déjà arrivé, comme interprète, de faire 5 communes en 5 jours.

Actuellement, c’est plutôt l’inverse. Nous travaillons plus souvent de chez nous. Par conséquent, nous adaptons nos disponibilités selon le nombre de missions en ligne. Nous commençons vraiment à apprécier ce nouveau système d’interaction avec les clients.

En effet, c’est une énorme économie de temps. Je peux traduire à distance en enchaînant plusieurs réunions en une seule journée. Cela n’était pas possible en présentiel…De plus, la vie de famille est améliorée, les déplacements étant moins fréquents.

Comme tout le monde, les pros de traduction ont hâte de reprendre les voyages. Ils veulent revoir leurs collègues et leurs clients. Ils ont envie de vraies conversations, et pas uniquement virtuelles… Pour autant, cette nouvelle méthode de travail a apporté son lot de bienfaits. Nous avons su devenir plus efficaces dans la matière, plus flexibles, voire plus inventifs !

 

 

 

 

Sept critères pour bien choisir son interprète russe


Vous avez décidé de faire appel à un interprète russe pour une conférence, un rendez-vous d’affaires ou une formation.

Voici mes recommandations pour reconnaître un professionnel fiable.

Marina Yulis, traductrice russe à Paris et en Ilde-de-France

Marina Yulis, dirigeante d'un cabinet de traduction à Paris, vous donne ses 7 conseils pour distinguer un traducteur professionnel d'un amateur

  1. De langue maternelle russe, c’est mieux

Cette caractéristique induit la culture, la façon de penser, les codes culturels. Une très bonne maîtrise de la langue ne sera pas suffisante. Il faut que le russe soit la langue maternelle de votre interprète. Au minimum qu’il soit bilingue russe. Sa vie doit intégrer la langue russe. Nous sommes loin d’un simple apprentissage d’une langue à l’école.

C’est le critère le plus important pour l’interprétation. Ceci est également vrai pour la traduction écrite français-russe. C’est la règle de base de ce métier. Normalement, ces prestations ne se font que vers la langue maternelle des interprètes.

  1. Connaissance terminologique de votre secteur d’activité

Lors des premiers contacts téléphoniques, vérifiez les connaissances de l’interprète. Posez-lui quelques questions techniques sur votre secteur d’activité. Ainsi, vous pourrez voir s’il maîtrise les termes de votre spécialité.

N’oubliez pas qu’en Russie un diplôme peut s’acheter. Cela concerne tous les types de titres universitaires, y compris en langues étrangères. Les niveaux d’étude dans la langue doivent être vérifiés. Le diplôme ne devrait pas être votre seul critère de sélection…

Les vrais professionnels sont rarement généralistes ou experts de tous les domaines. Ils seront littéraires, techniques et/ou scientifiques. Selon ses aptitudes, un traducteur se spécialise dans 4 ou 5 disciplines. Donc, privilégiez un traducteur russe français ayant déjà des références dans votre secteur d’activité.

  1. Ponctualité

Il faut que votre traducteur soit à l’heure pour votre rendez-vous. Tous les russes ont des « retards diplomatiques » de 15 minutes. Étonnement, c’est plus une règle qu’une exception. En conséquence, si le traducteur arrive à l’heure, c’est déjà un bon point. Il a, sans doute, l’habitude de travailler avec les Européens.

  1. Le respect de la longueur de vos phrases

Pour une traduction fiable, un interprète français russe traduit TOUT ce que vous dites. Cela montre qu’il connaît bien son travail. Cinq phrases ne se traduisent pas en une seule.

Les formulations russes ne sont pas plus courtes que les phrases françaises. Une lecture et une étude attentives des textes devront ainsi être réalisées. Tout du moins, c’est une étape indispensable dans les premiers temps de votre collaboration.

  1. Les connaissances en géographie et en géopolitique

Un bon interprète français-russe maîtrise la géographie de son pays. De même, il parle bien sa langue. Cette connaissance fait partie de son métier. Par exemple, il sait que Novossibirsk et Novorossiysk sont à l’opposé sur la carte. Idem pour Krasnodar et Krasnoïarsk ! Pourquoi ne pas, en guise de test, lui faire remplir une carte géographique de Russie ?

  1. Capacité à représenter votre entreprise

Dans certains cas, votre interprète français-russe sera amené à représenter votre entreprise. Par conséquent, sa capacité à être un interlocuteur respectueux et agréable est fondamentale. De même, il devra avoir une bonne culture générale.

Selon les clients et objectifs de mission, les interprètes peuvent avoir une certaine autonomie.

La première étape nécessite la collecte d’informations sectorielles. Laissez votre prestataire récolter ces données pour vous, par exemple, lors de salons et conférences. Il doit le faire de façon autonome, sans devoir vous y rendre personnellement.

Ce mode de fonctionnement est fortement recommandé. En effet, depuis l’apparition du Covid-19, de nouvelles manières de travailler émergent. Cela permet, de plus, de pallier à d’éventuelles impossibilités de voyager.

Les déplacements en Russie et en CEI requièrent quelques formalités administratives. Vous avez suffisamment de difficultés avec les visas et assurances pour vos collaborateurs et vous. Votre traducteur a-t-il, alors, un double passeport ?

Avoir son propre passeport russe est un atout non négligeable. Cela facilitera l’entrée de votre interprète dans plusieurs pays de la CEI (Kazahstan, Azerbaïdjan…).

  1. Aisance relationnelle

Vous devez faire des formations et des conférences en russe. Testez votre prestataire devant une petite audience. S’il a peur en public, votre formateur n’y pourra rien… Il s’agit d’une vraie difficulté. Imaginez une lecture de textes de façon insipide…

Pour vos enseignements en présentiel ou en ligne, l’aisance est un atout indispensable. Il fait partie des critères d’importance pour bien choisir votre interprète.

  1. L’interprète doit être à l’aise avec les technologies récentes

Echanger avec vos interlocuteurs russophones en visioconférence est un moyen à utiliser sans retenue. C’est une forme de travail de traducteurs en ligne, tout aussi efficace qu’en présentiel. Dans la rubrique dédiée, vous trouverez nos services d’interprétation à distance, par Zoom, Teams ou tout autre plateforme.

L’expertise technologique du traducteur est également un prérequis important pour la traduction des sites et des applications. Les traducteurs peuvent faire la localisation de votre site web en fonction de la langue. Des connaissances en SEO, en fonctionnement des moteurs de recherche russes, en sémantique seront nécessaires pour traduire le site en russe correctement.

Dans ces domaines, aucun outil automatique ne traduit en toute fiabilité à ce jour.

Comment résumer nos conseils concernant le bon choix d’interprète français-russe en quelques mots ?

Il est bilingue français russe. Idéalement, il maîtrise l’anglais en plus. Il a une connaissance approfondie des lexiques propres à votre domaine d’activité. Il se donne la peine de se préparer en avance pour votre rendez-vous.

Un interprète français-russe compétent est ponctuel. Il est à l’aise en public. Prendre la parole n’est pas une difficulté. Il est capable de devenir le vrai « visage » de votre entreprise pour vos partenaires russophones. 

P.S. : Est-ce valable les missions en Ukraine, Kazahstan ou Biélorussie ?

Dans la plupart des pays de la CEI, les habitants parlent russe. Toutefois, les langues officielles de ces pays sont utilisées dans certains contextes. C’est le cas de l’éducation ou de la communication politique et administrative. De bons niveaux de connaissance de la vie locale sont, par conséquent, indispensables.

Souvent, un traducteur russe-français pourra interagir avec des partenaires de la CEI. Mais en fonction du secteur, cela ne sera pas forcément suffisant. Il vous faudra donc chercher un interprète de langue officielle du pays en question.

Le meilleur apprentissage d’une langue se fait enfant, dans sa famille. La langue y est, généralement, parlée au quotidien.

Choisir un outil gratuit pour la traduction français-russe


Choisir un outil gratuit pour la traduction français-russe

Plusieurs outils gratuits de traduction sont actuellement disponibles. Quelle plateforme de traduction en ligne choisir et dans quel cas les utiliser ? Faisons le point.

Dans certains cas, la traduction automatique est assez fiable

La traduction en ligne peut être réalisée par Google.translate, Microsoft, Deepl.com et plusieurs autres plateformes similaires. Dans certains cas, la traduction automatique est fiable et permet de comprendre les grandes lignes d’un texte. Elle peut en outre traiter de gros volumes d’écrits simples et répétitifs. En revanche, il y a plusieurs cas où il devient indispensable de faire appel à un traducteur humain:  

  1. La traduction doit être impeccable et précise
  2. Le texte comporte des passages imagés ou possède une structure grammaticale sophistiquée
  3. Le langage utilisé ne se résume pas à sa composante purement rationnelle

Les outils de traductions sont, pour l’heure, limités comme ils sont incapables de lire et de traduire « entre les lignes ».  Ils sont dépourvus de capacités mentales qui nous diffèrent des robots. Il s’agit de la créativité, de la curiosité, des émotions, de l’empathie, de l'intuition linguistique, du sens de l’humour…

Nous verrons toutefois ce que sera la traduction automatique dans 30 ans !

 

Dans le tableau ci-dessous, le récap de quand l’on peut utiliser les outils de traductions

Type de texteOui, on peut utiliser la traduction automatiqueOui, on peut utiliser la traduction automatique, suivie d’une relecture humaineNon, on ne peut pas utiliser la traduction automatique pour ce type de texte
Les textes où l’on a juste besoin en comprendre les grandes lignes                X               
Documents techniques                 X 
Interfaces utilisateur                 X 
Logiciels                 X 
Sites web                 X 
Supports marketing                       X
Textes littéraires                       X
Textes destinés à être publiés                       X
Correspondance officielle                       X
Documents nécessitants une traduction assermentée                       X

 

Quel outil de traduction en ligne est meilleur pour la langue russe ?

Le choix de votre traductrice russe :

Deepl, la plateforme de traduction par intelligence artificielle s’en sort mieux que les autres pour la traduction française russe. Deepl est utilisé par ailleurs par les traducteurs professionnels français russe pour faire les pré-traductions et ainsi gagner du temps… On peut comparer le travail avec cet outil à celui d’un peintre qui fait un croquis rapide et approximatif, pour après le remplir soigneusement de couleurs, de nuances et de vie.

Mais, encore une fois, ayez recours à Deepl ou autres outils similaires seulement si votre texte n’est qu’une simple séquence de phrases techniques.

Et notez que jusqu’à présent toute traduction automatique mérite une relecture par un humain.

 

⊗Life Hack : NE JAMAIS JAMAIS JAMAIS
traduisez votre correspondence amoureurse avec des utiles de traduction en ligne… Sauf si vous voulez que votre amie vous prenne pour un scammer.

 

Cas pratique :

Dans un texte parlant de SEO (optimisation pour les moteurs de recherches), un logiciel de traduction français russe traduit le nom de plugin Yoast SEO comme… « levure SEO ». Pourquoi ? Probablement puisque le nom propre Yoast n’est pas encore dans sa base, mais il ressemble pas mal à un mot yeast (levure).

Les logiciels n’arrivent pas toujours à prendre en compte le contexte du texte ni à identifier certains termes.

La contextualisation et la fiabilité terminologique sont les défis majeurs pour les développeurs d’algorithmes de traduction en vue de pouvoir proposer aux utilisateurs des traductions les plus précises et pertinentes possibles.