BLOG

QUE FAIRE A MOSCOU AVEC DES ENFANTS

Marina — Lundi 5 Juin 2017


Dans mon article précédent j’ai abordé la façon russe d’éduquer les enfants.  L’article présent est consacré à nos idées d’alimentation – pour que vous ne soyez pas surpris, si vous voulez visiter Moscou ou une autre ville russe avec vos enfants. Et je propose également une petite liste des activités que vous trouverez pour les enfants de toutes âges à Moscou.

QUE FAIRE A MOSCOU AVEC DES ENFANTS

  1. Pour le petit déjeuner les russes ne donnent pas à leurs enfants ni pain beurre confiture, ni petits gâteaux. Les enfants russes mangent pour le petit déjeuner des céréales, bouillies dans du lait : l’avoine, le sarrasin, etc. Ça s’appelle Kasha et c’est le cauchemar matinal de chaque enfant russe.
  2. Une maman russe ne donne pas de frites, de saucisses ni du Coca-Cola à son enfant. Et si elle le fera un jour, elle souffrira de remords toute sa vie. Elle essaie plutôt d’adapter pour son enfant une alimentation saine et le gave d’épinards et de colin à la vapeur. Si ce plat fini étalé sur les murs de la cuisine, une maman russe ne forcera pas et ne donnera rien d’autre. Elle dira : Tu mangeras mieux la prochaine fois.   Lire la suite…

EDUCATION DES ENFANTS EN RUSSIE

Marina — Samedi 3 Décembre 2016


EDUCATION DES ENFANTS EN RUSSIE

Savez-vous que l’éducation des petits enfants en Russie est très différente de celle qu’on adopte en France ? L’article d’aujourd’hui est consacré aux faits qui étonnent les français dans l’éducation russe.

Par la statistique 2014, en Russie il y a en moyenne 1,8 enfants par femme. Il y a très peu de crèches publiques et privées, il est extrêmement difficile d’y obtenir une place et la majorité des femmes (toutes celles qui peuvent se le permettre financièrement) gardent leurs enfants jusqu’à 3 ans.

En Russie il n’y a pas d’école à partir de 3 ans. Entre 3 et 6 ans on peut inscrire (avec un peu de chance) son enfant dans un Jardin d’enfant, et l’école élémentaire ne commence qu’à 6 ans. Il est très mal vue d’inscrire à la crèche son enfant de moins d’un an. Pour une maman russe c’est un véritable drame. Les mamans russes le plus souvent allaitent leurs enfants pendant longtemps, jusqu’à 1 an et plus.

Lire la suite…

TOUT CE QU’IL FAUT SAVOIR AVANT DE PARTIR EN RUSSIE

Marina — Jeudi 24 Septembre 2015


TOUT CE QU’IL FAUT SAVOIR AVANT DE PARTIR EN RUSSIE

Aujourd’hui je continue ma série de renseignements, qui vous aideront à mieux comprendre notre mentalité et qui rendront votre séjour en Russie plus agréable et sans mauvaise surprise.

1. Déjà, la première chose, dès que vous arrivez : en Russie il est interdit de boire de l’eau du robinet. Elle est loin d’être suffisamment potable. On peut la boire que bouillie.
2. Les russes déjeunent à n’importe quelle heure : 14h, 15h, 16h, etc. Les russes n’ont pas forcement faim à midi, puisque tous les jours ils déjeunent à des heures différentes.
3. N’étant pas très écologiques ni économes, les russes n’éteignent pas les lumières en sortant des pièces. Ils n’ont pas cette habitude. Les lumières peuvent rester allumées dans toutes les pièces de la maison pendant toute la journée.
Lire la suite…

Étiquette russe : 4 erreurs à ne pas commettre si vous êtes invité chez des russes

Marina — Mercredi 1 Avril 2015


Étiquette russe : 4 erreurs à ne pas commettre si vous êtes invité chez des russes

D’abord, très brièvement les deux mots sur la situation économique et politique en Russie : on peut constater, que le cours du rouble a légèrement monté et s’est stabilisé autour de 60 roubles pour 1 euro. Politiquement, malgré le discrédit que Poutine aurait pu avoir à la lumière des derniers évènements, selon l’enquête nationale de fin mars 2015 aujourd’hui 75 % de population russe est prêt à revoter pour Poutine aux élections !

Mais bon, cette fois ci on ne parlera pas de la politique russe. Aujourd’hui je continue ma série de « faits culturels » sur les russes, qui vous aideront à mieux comprendre notre culture du business et mieux réussir en affaires avec mes compatriotes.
Lire la suite…

11 RÈGLES POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES AVEC DES RUSSES

Marina — Samedi 27 Décembre 2014


Les  11 « tips » de votre interprète russe pour mieux réussir votre business avec des russes 

En attendant que le rouble sorte de sa chute libre et que les affaires entre nos pays reprennent, je commence ici ma série de « faits culturels » sur les russes, qui vous aideront à mieux comprendre notre culture de business et mieux réussir en affaires avec des russes.

Modernisation à la russe

1. La tenue d’affaires – accrochez-vous! 

La tenue vestimentaire d’affaires pour les femmes russes est moins stricte, qu’en Europe: les femmes en Russie peuvent porter des jupes courtes et des décolletés même lors d’un rendez-vous d’affaires. Ne soyez pas étonné par des talons aiguilles et le maquillage aux couleurs assez intenses dès la matinée.  Dans la perception russe cela ne veut absolument rien dire.

Sachez aussi que la gamme des couleurs portées par les femmes russes au bureau est aussi très vaste. Ne soyez pas choqué par des tailleurs roses fuchsia ou violets, des bijoux dorés massifs en force…  Une femme russe peut facilement mettre une robe de  coloris léopard ou zèbre ou une tunique à fleurs  pour une négociation importante, la rimant en plus avec des bottes aux talons aiguilles… En Russie ça n’étonnera personne. Et même un short avec des bottes n’est pas si rare que ça ! Bref, tenez à l’esprit que les russes ont un drôle de concept de women business style, qui n’a rien à voir avec un dress-code d’une femme d’affaire française.



2. Les contrats bien… arosés! 

Une affaire conclue avec succès sera normalement célébrée par un repas dans un restaurant. Lors de cette célébration c’est mieux ne pas refuser de boire un peu de vodka « pour le succès d’affaire ».



3. Attention au cadeaux 

En Russie il est d’usage entre les partenaires d’affaires de se faire des petits cadeaux pour honorer la rencontre, la signature, etc. Les cadeaux peuvent être plus significatifs si l’occasion le demande. En tout cas, une bouteille de vin pour un homme, une boite de bonbons au chocolat pour une femme sont généralement pertinents et seront bien accueillis.

 

4. Prevoyez une marge pour chaque rendez-vous d’affaire 

A Moscou pour venir d’un point A à un point B distant de 15 kilomètres on peut passer 3 heures (littéralement) dans un bouchon. Prévoyez toujours une grande marge, même aux heures creuses, et favorisez, si possible, le métro.

En Russie il n’y a pas de grèves des transports, c’est-à-dire qu’il est toujours possible de se rendre à son lieu de travail ou de rendez-vous en transport en commun.

Lire la suite…

VISA RAPIDE POUR LA RUSSIE : TARIFS, DELAIS, ASTUCES

Marina — Mercredi 5 Novembre 2014


VISA RAPIDE POUR LA RUSSIE : TARIFS, DELAIS, ASTUCES

Votre traducteur russe vous conseille sur les visas touristiques et privés.
 
Tout français qui a voyagé en Russie auparavant se souvient de la queue devant le consulat russe à Paris, où il fallait bien prendre sa place à 4h du matin pour espérer obtenir le visa.
Aujourd’hui tout ça est fini. Maintenant toutes les formalités de demande de visa se font via l’organisme agréé, le VHS ( Centre russe de demande de visas ), dont il y a des filiales à Paris, à Marseille et à Strasbourg.
Alors comment obtenir un visa touristique pour la Russie sans écueil, même si le but de votre déplacement ce n’est pas que le tourisme ? Du calme, votre traducteur français-russe vous briefe !
Lire la suite…

RUSSIE N’IMPORTERA PLUS DES VOITURES EUROPEENES ?

Marina — Vendredi 12 Septembre 2014


RUSSIE N’IMPORTERA PLUS DES VOITURES EUROPEENES ?

Aujourd’hui, le 12/09/2014, l’Union Européen a publié un nouveau paquet de sanctions contre la Russie.

Les entreprises pétrolières russes majores telles que ROSNEFT, TRANSNEFT, GAZPROMNEFT sont désormais dans la liste de sanctions. En outre, l’Union Européen n’accordera plus à la Russie de services d’aide à l’exploration du pétrole en eaux profondes, en Arctique et dans les terrains schisteux.
En ce qui concerne le secteur financier, les nouvelles sanctions prévoient l’interdiction d’octroi de crédits à  cinq banques russes ainsi que la limitation de la durée des opérations portantes sur des nouvelles actions et obligations de ces banques.   
Lire la suite…

TRADITION RUSSE: LES BAIGNADES GLACÉES DE NOËL

Marina — Jeudi 12 Décembre 2013


TRADITION RUSSE: LES BAIGNADES GLACÉES DE NOËL

Pourquoi nous les russes nous aimons nous  baigner das les trous de glace

En France on pense que c’est plutôt les norvégiens qui aiment se baigner dans les trous de glace. Mais en fait, c’est une très vieille tradition russe !
Traditionnellement nous nous baignons dans l’eau glacée après la « banya » – sorte de sauna très humide avec de la vapeur. Le rituel « banya russe » est le suivant : le local du banya est chauffé jusqu’à une température pouvant atteindre  120 degrés. Le baigneur se met sur un banc en bois et ses copains (ou un employé de la bania) le fouette très fort dans le dos à l’aide d’un balai en bouleau sec. A l’époque on considérait que ces balais aidaient à chasser les mauvais esprits. Lire la suite…

COMMENT CONTINUER A IMPORTER EN RUSSIE AVEC LA NOUVELLE CERTIFICATION

Marina — Samedi 26 Octobre 2013


COMMENT CONTINUER A IMPORTER EN RUSSIE AVEC LA NOUVELLE CERTIFICATION

Votre traducteur russe vous informe sur les écueils du nouveau système de certification
 
A l’attention de toutes les entreprises-importatrices de produits industriels en Russie!
Depuis les changements de la législation sur la certification des produits importés adoptés au début d’année, de plus en plus d’entreprises françaises qui importent en Russie cherchent des solutions pour pouvoir continuer à travailler sur ce marché très porteur.
Les certificats GOST nécessaires pour pouvoir importer en Russie, resteront valables jusqu’à la fin de leur validité. Mais désormais pour pouvoir importer en Russie toute entreprise aura besoin également de revêtir de nouveaux certificats, correspondants aux nouvelles règlementations techniques de l’Union Douanière de Russie, Biélorussie et Kazakhstan. Lire la suite…

Comment se débrouiller en Russie sans parler russe

Marina — Jeudi 24 Octobre 2013


Comment se débrouiller en Russie sans parler russe

Abordons, pour commencer, les codes de la politesse à la russe. Puisque les règles de politesse sont les codes universels… qu’il faut bien savoir adapter le jour où vous visiterez la Russie! Et après je vous donnerez quelques astuces pour pouvoir vous débroiller dans le transport en Russie, sans comprendre le russe. Vous verrez, c’est faisable, mais… c’est un challenge:) 

Règle numéro 1: Ne souriez pas! 

Alors, comment ne pas être un mouton à cinq pattes en Russie? Quand on demande aux touristes européens, qu’est-ce qui vous étonne le plus dans les rues de Moscou, la réponse est : l’absence de sourire. Le moscovite ne sourit pas dans la rue. Le moscovite ne sourit pas chez le médecin, ni dans une banque, ni dans une boulangerie, boucherie, etc. !

Personne ne dit « bonjour » au chauffeur de bus, le sourire non plus n’est pas habituel. Personne ne sourit à personne dans la rue, pire encore dans le métro. L’inconnu se sentira pour le moins embarrassé. Il va certainement penser qu’il y a quelque chose qui ne va pas.

Ne souriez surtout pas à quelqu’un dans l’ascenseur, ça ne se fait pas du tout! Ne saluez pas les gens dans l’ascenseur.

Exceptions de cette règle anti-sourire – les boutiques et restaurants de luxe. Ici les vendeurs sont formés à sourire, comme si vous étiez aux Galeries Lafayette ou chez Maxim’s. Idem à la réception des hôtels – d’un certain niveau, et, évidemment dans les plus luxueux, vous y retrouverez des réceptionnistes polies.

Règle numéro 2: Ne vous excusez pas! 

Surtout ne vous excusez pas, si vous bousculer quelqu’un dans la rue ou dans le métro. Cela va de soi, celui qui est bousculé ne s’excuse pas non plus (ce qui est souvent le cas en Europe). Le plus intéressant c’est qu’un étranger, qui passe quelques semaines à Moscou, arrête de sourire aussi et commence aussi à faire la tronche.

Par contre, les russes sont très cordiaux, souriants et gais avec les proches. Apparemment, c’est inscrit dans les codes culturels – un sourire, en Russie il faut le mériter !

Règle numéro 3, vous permettant de sortir sain et sauf du réseau de transport russe 

Passons maintenant a des comportements qu’il faut adapter pour être en sécurité si vous ne maîtrisez pas la langue russe et vous visitez le pais. 

Quand vous arrivez à l’aéroport de Moscou ou de Saint-Pétersbourg, attention de ne pas « passer à la casserole » de taxi inofficieux : c’est tout un business pour plumer des étrangers – à la sortie d’aéroport plusieurs personnes vont vous proposer le « taxi ».

Quand ils vont voir que vous ne parlez pas russe, ils vont vous donner un prix triple, et ne comptez pas avoir un reçu. Pour accéder au centre-ville de Moscou, le plus simple c’est d’utiliser le train Aeroexpress qui met une heure pour arriver. Les Aeroexpress sont très confortables et le billet coute seulement 8 euro. Le réseau de Aeroexpresses dessert tous les aéroports de Moscou.

En ce qui concerne le métro, les noms de stations sont doublées en lettres anglais, alors n’auriez pas  peur de vous perdre. En plus, le métro de Moscou est très joli, on l’appelle même « Le palais de peuple ». Le métro se ferme à 1h du matin (à savoir les correspondances se ferment et les derniers trains partent des terminus).

Alors, si vous avez raté le métro… Taxi! En ce qui concerne le taxi, il y a peu de taxis officiels. Pour se déplacer, les russes arrêtent souvent n’importe quelle voiture dans la rue comme de l’autostop (en Russie ce n’est pas interdit), et, bien sûr, dans ce cas-là vous n’allez pas pouvoir avoir de reçu officiel ; mais vous allez avoir à vous acquitter d’un somme modique en liquide.

En plus, 99% de chauffeurs ne parleront que russe ! Alors, il est préférable de commander le taxi par téléphone. On vous conseille d’utiliser un opérateur de taxi privé. Par exemple, «Taxiotra »:  les tarifs sont justes, service 24h y compris week-end et fêtes, les standardistes  et les chauffeurs parlent anglais et le reçu est garanti. 

Si vous avez des questions concernant vos déplacements en Russie, ou vous souhaitez partager votre expérience – n’hésitez pas à m’écrire. 

 

Marina Yulis

L’interprétation français-russe et français-anglais pour vos visioconférences


Une nouvelle réalité économique due au COVID-19 a vu le jour. Je continue d’accompagner vos projets avec vos partenaires russophones et anglophones.

Traductrice français anglais lors d'une visioconférence

Je propose des services d’interprétation français-russe et français-anglais par visioconférence.

J’œuvre sur la base de Zoom, Teams, Google Meet ou toutes autres plateformes.

Les échanges avec votre clientèle étrangère ne s’arrêtent pas malgré les frontières fermées. La traduction en vidéo à distance est idéale pour cela.

Les bénéfices de l’interprétation à distance par rapport à un interprète présent sur place

- La possibilité de combler toute urgence, tout besoin de dernière minute.

- Les économies sur les frais de transport et d’hébergement de l’interprète. C’est un avantage certain d’une prestation en ligne.

- Une facture correspondant au nombre d’heures effectives de travail. Un traducteur se rendant sur place vous comptera au minimum une demi-journée, voire plus.

- La liberté d’avoir concomitamment plusieurs chaînes audio avec des interprètes de différentes langues. En fonction des langages parlés, chacun peut suivre, alors, le développement de la réunion.

Pour toute demande d’interprète par vidéo-conférence, contactez-nous pour un devis gratuit. Nous intervenons en français-russe, français-anglais, et français-espagnol.

L’organisation de la traduction à distance : simplicité et efficacité

Traductrice pendant une réunion Traduction par visioconférence lors d'une réunion

Depuis mars 2019, toute mon équipe de professionnels de la traduction travaille principalement à distance.

Pour cela, nous utilisons la visioconférence.

Pour autant, nous proposons également nos compétences habituelles comme la localisation de textes et nos services d’interprète en présentiel pour vos rendez-vous d’affaires, réunions et formations.

Le début de la pandémie de COVID marque l’avènement d’une ère inédite. Celle-ci est riche en enseignement. Les traducteurs du monde entier ont dû s’approprier cette nouvelle méthode de conférence. Ils ont donc largement eu l’occasion de s’adapter à l’interprétariat en vidéo. Ils ont, de ce fait, développé des compétences novatrices.

L’organisation est simple. L’interprète se connecte avec son ordinateur en home office. Il se joint à votre réunion, webinaire ou formation virtuelle. Il participe avec le son ou le son et la vidéo, selon vos besoins.

Si votre bureau est à Paris, nous pouvons aussi venir vous y retrouver. Nous serons, alors, « sur le même côté de l’écran » que vous pendant votre entretien.

 

Notre comparatif des outils de vidéoconférences

Voici un rappel de l’existant en 2021 des plateformes pour les visioconférences. Elles sont gratuites et accessibles en France et en Russie.

 

Skype

Ce logiciel est bien pour les réunions en petit groupe. En effet, vous n’avez que vingt-cinq utilisateurs simultanés possibles.

 

Zoom visio

La version gratuite est limitée. Elle autorise 100 participants et 40 minutes maximum de réunion. Cette plateforme est très intuitive et conviviale, de son installation à son utilisation.

 

Webex

Vous aurez cent personnes et jusqu’à 24 h de réunion en mode gratuit. Cette application est disponible dans la plupart des pays russophones.

 

Microsoft teams

Il est limité en nombre d’utilisateurs (moins de 20). Sa prise en main peut être difficile pour les non-experts dans cette matière.

Il existe aussi d’autres plateformes. Voici quelques exemples. La liste n’est pas exhaustive.

Google meet,

GoToMeeting,

BlueJeans,

Starleaf,

FastViewer,

Adobe Connect…

 

Possibilité d’intégrer l’interprétariat multilingue dans ZOOM

Une option distingue ZOOM des autres plateformes. Vous pouvez incorporer dans vos vidéoconférences un groupe de traducteurs en plusieurs langues. En fonction des langages maîtrisés, chaque intervenant à la réunion prendra le canal audio adéquat.

Cela se passe exactement comme pendant les conférences en présentiel. Dans ce cas, le principe de la prestation est le suivant. Les professionnels linguistiques traduisent en cabine. Les participants dans la salle mettent un casque et sélectionnent la chaîne dans leur langue.

Ce type de logiciels, pour ordinateur ou tablette, gratuits ou pas, est en développement permanent. Le but est de répondre aux besoins croissants des entreprises.

L’enseignement à tirer de la situation sanitaire de 2019-2020 se résume simplement. L’interprétariat en vidéo est une solution économique et conviviale. Elle est efficace pour continuer vos relations commerciales internationales.

Comment l’essor de l’interprétariat par vidéo influence-t-il la vie des interprètes ?

Marina, dirigeante de Marina Yulis Traduction, partage son expérience 

Avant nous vivions d’une salle de conférences à l’autre. Nous allions de ville en ville, de pays en pays… Nous passions beaucoup de temps dans les trains et les avions. Cela m’est déjà arrivé, comme interprète, de faire 5 communes en 5 jours.

Actuellement, c’est plutôt l’inverse. Nous travaillons plus souvent de chez nous. Par conséquent, nous adaptons nos disponibilités selon le nombre de missions en ligne. Nous commençons vraiment à apprécier ce nouveau système d’interaction avec les clients.

En effet, c’est une énorme économie de temps. Je peux traduire à distance en enchaînant plusieurs réunions en une seule journée. Cela n’était pas possible en présentiel…De plus, la vie de famille est améliorée, les déplacements étant moins fréquents.

Comme tout le monde, les pros de traduction ont hâte de reprendre les voyages. Ils veulent revoir leurs collègues et leurs clients. Ils ont envie de vraies conversations, et pas uniquement virtuelles… Pour autant, cette nouvelle méthode de travail a apporté son lot de bienfaits. Nous avons su devenir plus efficaces dans la matière, plus flexibles, voire plus inventifs !

 

 

 

 

Sept critères pour bien choisir son interprète russe


Vous avez décidé de faire appel à un interprète russe pour une conférence, un rendez-vous d’affaires ou une formation.

Voici mes recommandations pour reconnaître un professionnel fiable.

Marina Yulis, traductrice russe à Paris et en Ilde-de-France

Marina Yulis, dirigeante d'un cabinet de traduction à Paris, vous donne ses 7 conseils pour distinguer un traducteur professionnel d'un amateur

  1. De langue maternelle russe, c’est mieux

Cette caractéristique induit la culture, la façon de penser, les codes culturels. Une très bonne maîtrise de la langue ne sera pas suffisante. Il faut que le russe soit la langue maternelle de votre interprète. Au minimum qu’il soit bilingue russe. Sa vie doit intégrer la langue russe. Nous sommes loin d’un simple apprentissage d’une langue à l’école.

C’est le critère le plus important pour l’interprétation. Ceci est également vrai pour la traduction écrite français-russe. C’est la règle de base de ce métier. Normalement, ces prestations ne se font que vers la langue maternelle des interprètes.

  1. Connaissance terminologique de votre secteur d’activité

Lors des premiers contacts téléphoniques, vérifiez les connaissances de l’interprète. Posez-lui quelques questions techniques sur votre secteur d’activité. Ainsi, vous pourrez voir s’il maîtrise les termes de votre spécialité.

N’oubliez pas qu’en Russie un diplôme peut s’acheter. Cela concerne tous les types de titres universitaires, y compris en langues étrangères. Les niveaux d’étude dans la langue doivent être vérifiés. Le diplôme ne devrait pas être votre seul critère de sélection…

Les vrais professionnels sont rarement généralistes ou experts de tous les domaines. Ils seront littéraires, techniques et/ou scientifiques. Selon ses aptitudes, un traducteur se spécialise dans 4 ou 5 disciplines. Donc, privilégiez un traducteur russe français ayant déjà des références dans votre secteur d’activité.

  1. Ponctualité

Il faut que votre traducteur soit à l’heure pour votre rendez-vous. Tous les russes ont des « retards diplomatiques » de 15 minutes. Étonnement, c’est plus une règle qu’une exception. En conséquence, si le traducteur arrive à l’heure, c’est déjà un bon point. Il a, sans doute, l’habitude de travailler avec les Européens.

  1. Le respect de la longueur de vos phrases

Pour une traduction fiable, un interprète français russe traduit TOUT ce que vous dites. Cela montre qu’il connaît bien son travail. Cinq phrases ne se traduisent pas en une seule.

Les formulations russes ne sont pas plus courtes que les phrases françaises. Une lecture et une étude attentives des textes devront ainsi être réalisées. Tout du moins, c’est une étape indispensable dans les premiers temps de votre collaboration.

  1. Les connaissances en géographie et en géopolitique

Un bon interprète français-russe maîtrise la géographie de son pays. De même, il parle bien sa langue. Cette connaissance fait partie de son métier. Par exemple, il sait que Novossibirsk et Novorossiysk sont à l’opposé sur la carte. Idem pour Krasnodar et Krasnoïarsk ! Pourquoi ne pas, en guise de test, lui faire remplir une carte géographique de Russie ?

  1. Capacité à représenter votre entreprise

Dans certains cas, votre interprète français-russe sera amené à représenter votre entreprise. Par conséquent, sa capacité à être un interlocuteur respectueux et agréable est fondamentale. De même, il devra avoir une bonne culture générale.

Selon les clients et objectifs de mission, les interprètes peuvent avoir une certaine autonomie.

La première étape nécessite la collecte d’informations sectorielles. Laissez votre prestataire récolter ces données pour vous, par exemple, lors de salons et conférences. Il doit le faire de façon autonome, sans devoir vous y rendre personnellement.

Ce mode de fonctionnement est fortement recommandé. En effet, depuis l’apparition du Covid-19, de nouvelles manières de travailler émergent. Cela permet, de plus, de pallier à d’éventuelles impossibilités de voyager.

Les déplacements en Russie et en CEI requièrent quelques formalités administratives. Vous avez suffisamment de difficultés avec les visas et assurances pour vos collaborateurs et vous. Votre traducteur a-t-il, alors, un double passeport ?

Avoir son propre passeport russe est un atout non négligeable. Cela facilitera l’entrée de votre interprète dans plusieurs pays de la CEI (Kazahstan, Azerbaïdjan…).

  1. Aisance relationnelle

Vous devez faire des formations et des conférences en russe. Testez votre prestataire devant une petite audience. S’il a peur en public, votre formateur n’y pourra rien… Il s’agit d’une vraie difficulté. Imaginez une lecture de textes de façon insipide…

Pour vos enseignements en présentiel ou en ligne, l’aisance est un atout indispensable. Il fait partie des critères d’importance pour bien choisir votre interprète.

  1. L’interprète doit être à l’aise avec les technologies récentes

Echanger avec vos interlocuteurs russophones en visioconférence est un moyen à utiliser sans retenue. C’est une forme de travail de traducteurs en ligne, tout aussi efficace qu’en présentiel. Dans la rubrique dédiée, vous trouverez nos services d’interprétation à distance, par Zoom, Teams ou tout autre plateforme.

L’expertise technologique du traducteur est également un prérequis important pour la traduction des sites et des applications. Les traducteurs peuvent faire la localisation de votre site web en fonction de la langue. Des connaissances en SEO, en fonctionnement des moteurs de recherche russes, en sémantique seront nécessaires pour traduire le site en russe correctement.

Dans ces domaines, aucun outil automatique ne traduit en toute fiabilité à ce jour.

Comment résumer nos conseils concernant le bon choix d’interprète français-russe en quelques mots ?

Il est bilingue français russe. Idéalement, il maîtrise l’anglais en plus. Il a une connaissance approfondie des lexiques propres à votre domaine d’activité. Il se donne la peine de se préparer en avance pour votre rendez-vous.

Un interprète français-russe compétent est ponctuel. Il est à l’aise en public. Prendre la parole n’est pas une difficulté. Il est capable de devenir le vrai « visage » de votre entreprise pour vos partenaires russophones. 

P.S. : Est-ce valable les missions en Ukraine, Kazahstan ou Biélorussie ?

Dans la plupart des pays de la CEI, les habitants parlent russe. Toutefois, les langues officielles de ces pays sont utilisées dans certains contextes. C’est le cas de l’éducation ou de la communication politique et administrative. De bons niveaux de connaissance de la vie locale sont, par conséquent, indispensables.

Souvent, un traducteur russe-français pourra interagir avec des partenaires de la CEI. Mais en fonction du secteur, cela ne sera pas forcément suffisant. Il vous faudra donc chercher un interprète de langue officielle du pays en question.

Le meilleur apprentissage d’une langue se fait enfant, dans sa famille. La langue y est, généralement, parlée au quotidien.

Choisir un outil gratuit pour la traduction français-russe


Choisir un outil gratuit pour la traduction français-russe

Plusieurs outils gratuits de traduction sont actuellement disponibles. Quelle plateforme de traduction en ligne choisir et dans quel cas les utiliser ? Faisons le point.

Dans certains cas, la traduction automatique est assez fiable

La traduction en ligne peut être réalisée par Google.translate, Microsoft, Deepl.com et plusieurs autres plateformes similaires. Dans certains cas, la traduction automatique est fiable et permet de comprendre les grandes lignes d’un texte. Elle peut en outre traiter de gros volumes d’écrits simples et répétitifs. En revanche, il y a plusieurs cas où il devient indispensable de faire appel à un traducteur humain:  

  1. La traduction doit être impeccable et précise
  2. Le texte comporte des passages imagés ou possède une structure grammaticale sophistiquée
  3. Le langage utilisé ne se résume pas à sa composante purement rationnelle

Les outils de traductions sont, pour l’heure, limités comme ils sont incapables de lire et de traduire « entre les lignes ».  Ils sont dépourvus de capacités mentales qui nous diffèrent des robots. Il s’agit de la créativité, de la curiosité, des émotions, de l’empathie, de l'intuition linguistique, du sens de l’humour…

Nous verrons toutefois ce que sera la traduction automatique dans 30 ans !

 

Dans le tableau ci-dessous, le récap de quand l’on peut utiliser les outils de traductions

Type de texteOui, on peut utiliser la traduction automatiqueOui, on peut utiliser la traduction automatique, suivie d’une relecture humaineNon, on ne peut pas utiliser la traduction automatique pour ce type de texte
Les textes où l’on a juste besoin en comprendre les grandes lignes                X               
Documents techniques                 X 
Interfaces utilisateur                 X 
Logiciels                 X 
Sites web                 X 
Supports marketing                       X
Textes littéraires                       X
Textes destinés à être publiés                       X
Correspondance officielle                       X
Documents nécessitants une traduction assermentée                       X

 

Quel outil de traduction en ligne est meilleur pour la langue russe ?

Le choix de votre traductrice russe :

Deepl, la plateforme de traduction par intelligence artificielle s’en sort mieux que les autres pour la traduction française russe. Deepl est utilisé par ailleurs par les traducteurs professionnels français russe pour faire les pré-traductions et ainsi gagner du temps… On peut comparer le travail avec cet outil à celui d’un peintre qui fait un croquis rapide et approximatif, pour après le remplir soigneusement de couleurs, de nuances et de vie.

Mais, encore une fois, ayez recours à Deepl ou autres outils similaires seulement si votre texte n’est qu’une simple séquence de phrases techniques.

Et notez que jusqu’à présent toute traduction automatique mérite une relecture par un humain.

 

⊗Life Hack : NE JAMAIS JAMAIS JAMAIS
traduisez votre correspondence amoureurse avec des utiles de traduction en ligne… Sauf si vous voulez que votre amie vous prenne pour un scammer.

 

Cas pratique :

Dans un texte parlant de SEO (optimisation pour les moteurs de recherches), un logiciel de traduction français russe traduit le nom de plugin Yoast SEO comme… « levure SEO ». Pourquoi ? Probablement puisque le nom propre Yoast n’est pas encore dans sa base, mais il ressemble pas mal à un mot yeast (levure).

Les logiciels n’arrivent pas toujours à prendre en compte le contexte du texte ni à identifier certains termes.

La contextualisation et la fiabilité terminologique sont les défis majeurs pour les développeurs d’algorithmes de traduction en vue de pouvoir proposer aux utilisateurs des traductions les plus précises et pertinentes possibles.