BLOG

ÉTIQUETTE RUSSE : LES ERREURS A NE PAS COMMETTRE
SI VOUS ETES INVITÉ A MANGER CHEZ DES RUSSES

Marina — Mercredi 1 Avril 2015


ÉTIQUETTE RUSSE : LES ERREURS A NE PAS COMMETTRE<br> SI VOUS ETES INVITÉ A MANGER CHEZ DES RUSSES

D’abord, très brièvement les deux mots sur la situation économique et politique en Russie : on peut constater, que le cours du rouble a légèrement monté et s’est stabilisé autour de 60 roubles pour 1 euro. Politiquement, malgré le discrédit que Poutine aurait pu avoir à la lumière des derniers évènements, selon l’enquête nationale de fin mars 2015 aujourd’hui 75 % de population russe est prêt à revoter pour Poutine aux élections !

Mais bon, cette fois ci on ne parlera pas de la politique russe. Aujourd’hui je continue ma série de « faits culturels » sur les russes, qui vous aideront à mieux comprendre notre culture du business et mieux réussir en affaires avec mes compatriotes.
Lire la suite…

LES RÈGLES POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES AVEC DES RUSSES

Marina — Samedi 27 Décembre 2014


LES RÈGLES POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES AVEC DES RUSSES

Les « tips » de votre interprète russe

En attendant que le rouble sorte de sa chute libre et que les affaires entre nos pays reprennent, je commence ici ma série de « faits culturels » sur les russes, qui vous aideront à mieux comprendre notre culture de business et mieux réussir en affaires avec des russes.

1. La tenue vestimentaire d’affaires pour les femmes russes est moins stricte, qu’en Europe: les femmes en Russie peuvent porter des jupes courtes et des décolletés même lors d’un rendez-vous d’affaires. Ne soyez pas étonné par des talons aiguilles et le maquillage aux couleurs assez intenses dès la matinée.  Dans la perception russe cela ne veut absolument rien dire. Lire la suite…

VISA RAPIDE POUR LA RUSSIE : TARIFS, DELAIS, ASTUCES

Marina — Mercredi 5 Novembre 2014


VISA RAPIDE POUR LA RUSSIE : TARIFS, DELAIS, ASTUCES

Votre traducteur russe vous conseille sur les visas touristiques et privés.
 
Tout français qui a voyagé en Russie auparavant se souvient de la queue devant le consulat russe à Paris, où il fallait bien prendre sa place à 4h du matin pour espérer obtenir le visa.
Aujourd’hui tout ça est fini. Maintenant toutes les formalités de demande de visa se font via l’organisme agréé, le VHS ( Centre russe de demande de visas ), dont il y a des filiales à Paris, à Marseille et à Strasbourg.
Alors comment obtenir un visa touristique pour la Russie sans écueil, même si le but de votre déplacement ce n’est pas que le tourisme ? Du calme, votre traducteur français-russe vous briefe !
Lire la suite…

RUSSIE N’IMPORTERA PLUS DES VOITURES EUROPEENES ?

Marina — Vendredi 12 Septembre 2014


RUSSIE N’IMPORTERA PLUS DES VOITURES EUROPEENES ?

Aujourd’hui, le 12/09/2014, l’Union Européen a publié un nouveau paquet de sanctions contre la Russie.

Les entreprises pétrolières russes majores telles que ROSNEFT, TRANSNEFT, GAZPROMNEFT sont désormais dans la liste de sanctions. En outre, l’Union Européen n’accordera plus à la Russie de services d’aide à l’exploration du pétrole en eaux profondes, en Arctique et dans les terrains schisteux.
En ce qui concerne le secteur financier, les nouvelles sanctions prévoient l’interdiction d’octroi de crédits à  cinq banques russes ainsi que la limitation de la durée des opérations portantes sur des nouvelles actions et obligations de ces banques.   
Lire la suite…

L’EMBARGO ALIMENTAIRE RUSSE : QUELLE INQUIÉTUDE POUR LA FRANCE ?

Marina — Dimanche 10 Août 2014


L’EMBARGO ALIMENTAIRE RUSSE : QUELLE INQUIÉTUDE POUR LA FRANCE ?

La Russie a dévoilé jeudi un embargo d’un an sur toute une série de produits alimentaires venus de l’Union européenne, des Etats-Unis, du Canada, de la Norvège et de l’Australie. La liste comprend les fruits et les légumes, la viande, le poisson et les fruits de mer, le lait et les produits laitiers. Pour l’instant l’embargo ne vise pas les vins et les spiritueux ni les produits de nutrition infantile.
En ce qui concerne l’entreprise française Danone, leadeur mondial agroalimentaire et le fournisseur le plus grand de produits laitiers pour le marché russe, pour Danone Russie il n y a pas d’inquiétude, puisque l’entreprise utilise que les matières premières russes, donc l’embargo ne touchera pas son activité locale.
Lire la suite…

LA FRANCE CONTINUE D’INVESTIR EN RUSSIE ET D’ACHETER LE GAZ RUSSE

Marina — Jeudi 10 Juillet 2014


LA FRANCE CONTINUE D’INVESTIR EN RUSSIE ET D’ACHETER LE GAZ RUSSE

Jean-Maurice Ripert, l’ambassadeur de la France en Russie, a souligné dans son interview à l’agence Interfax du 2 juillet que la France n’était pas prête à passer au régime des sanctions contre la Russie et continue d’investir dans l’économie russe.
L’ambassadeur a précisé que d’après les chiffres de fin 2013, le montant des investissements français en Russie s’estimait à 11,5 milliards d’euros. En plus, la Russie se voit le troisième plus grand partenaire économique de la France en dehors de l’UE. L’ambassadeur a souligné, que pour l’instant il n y a pas de sanctions économiques envers la Russie, dès lors les entreprises françaises continuent à y travailler (par contre, les investissements en Crimée et les relations commerciales avec la péninsule ne sont plus maintenues).
Lire la suite…

DES NOUVELLES SANCTIONS EUROPÉENNES CONTRE LA RUSSIE

Marina — Mardi 24 Juin 2014


DES NOUVELLES SANCTIONS EUROPÉENNES CONTRE LA RUSSIE

Le 23 juin les ministres des affaires étrangères des pays de l’Union Européenne ont pris la décision d’interdire l’import de produits provenant de Crimée. Uniquement les produits, ayant les certificats de conformité ukrainiens, pourront être importés en UE. D’autres sanctions, dans le cadre de la politique européenne de non-acceptation de l’intégration de la Crimée à la Fédération de la Russie, vont suivre.

Dans un même temps, en avril, l’Union Européenne a annulé et/ou réduit les droits de douane
sur une grande partie de produits ukrainiens. Le 27 juin un accord sur le libre-échange entre
l’EU et l’Ukraine doit être signé à Bruxelles.
Lire la suite…

RESTOS RUSSES QUI PLAISENT AUX FRANCAIS: LES INCONTOURNABLES DE MOSCOU

Marina — Vendredi 16 Mai 2014


RESTOS RUSSES QUI PLAISENT AUX FRANCAIS: LES INCONTOURNABLES DE MOSCOU

Conseils du traducteur français-russe

Vous planifiez un voyage d’affaire en Russie? Sur ce site vous allez trouver toutes les informations et tous les conseils, donnés par une russe, vivant en France ! On  va commencer par  un restaurant que vous ne pouvez pas ne pas visiter, si vous allez à Moscou.  Il s’agit du Restaurant suburbain « Tsarskaya Ohota » (« La Chasse de Tsars ») – c’est un de meilleurs restos de la cuisine russe dans la région. Il a même eu l’honneur d’accueillir Jaque Chiraquie lors de son visite en Russie en 1998.  Ici vous trouverez la cuisine nationale russe – mais le service européen (ce qui n’est pas toujours le cas en Russie !)  Dans le menu la partie la plus intéressante s’appelle « Des trophées ». Lire la suite…

NOUVEL AN А LA RUSSE : SALADE OLIVIER ET CAVIAR D’ESTURGEON

Marina — Mercredi 15 Janvier 2014


NOUVEL AN А LA RUSSE : SALADE OLIVIER ET CAVIAR D’ESTURGEON

Votre traducteur anglais-français et français-russe vous dévoile les traditions russes insolites

Les fêtes de fin d’année sont finies ? Pas chez nous !  Aujourd’hui je vous raconterai les traditions du Nouvel an russe – rien à voir avec le Nouvel an en France !
A la différence de la France, les sapins dans les maisons russes apparaissent assez tôt – généralement début décembre (après les fêtes nous avons aussi un peu du mal à les jeter, ils peuvent rester même jusqu’à la fin février !). Les russes travaillent le 31 décembre, mais généralement se sont des courtes journées, comme de nombreuses préparations nous attendent à la maison.

Lire la suite…

TRADITION RUSSE: LES BAIGNADES GLACÉES DE NOËL

Marina — Jeudi 12 Décembre 2013


TRADITION RUSSE: LES BAIGNADES GLACÉES DE NOËL

Pourquoi nous les russes nous aimons nous  baigner das les trous de glace

En France on pense que c’est plutôt les norvégiens qui aiment se baigner dans les trous de glace. Mais en fait, c’est une très vieille tradition russe !
Traditionnellement nous nous baignons dans l’eau glacée après la « banya » – sorte de sauna très humide avec de la vapeur. Le rituel « banya russe » est le suivant : le local du banya est chauffé jusqu’à une température pouvant atteindre  120 degrés. Le baigneur se met sur un banc en bois et ses copains (ou un employé de la bania) le fouette très fort dans le dos à l’aide d’un balai en bouleau sec. A l’époque on considérait que ces balais aidaient à chasser les mauvais esprits. Lire la suite…

Marina Yulis

EXPERIENCE D’UN PMI FRANCAIS SUR LE MARCHE RUSSE: LA SUITE


EXPERIENCE D’UN PMI FRANCAIS SUR LE MARCHE RUSSE: LA SUITE

Une PMI française SAS SICCOM a réussi à pénétrer le marché russe, y établir des relations de confiance et devenir le troisième acteur de son secteur en 5 ans.

Pierre-Gilles Vassort, responsable de zone Export de la société Siccom, fabricant français de pompes de relevage de condensats, nous raconte la suite de son histoire de la conquête du marché russophone. 

Marché russe : expansion 

En commençant comme un tout petit acteur de marché - en 5 ans Siccom est devenu l'acteur possédant 50% de parts de marché russe de mini-pompes de relevage.  Les clients Russes sont friands de marketing européen, de challenges commerciaux et de technologies de l’ouest, ils apprécient beaucoup le contact directe avec le fabricant européen, leur montrant notre ouverture et disponibilité. Dès lors je me déplace souvent sur tout le territoire russe et je forme nos partenaires sur place, ce qui contribue à l’image de marque sérieuse et fiable.

En 5 ans, ma vision de ce pays a changé. Les Russes sont très proches de nous, ils ont besoin d’être rassuré, de tester, de retester et ils deviennent des partenaires.  J’ai maintenant des clients fidèles qui n’hésitent pas à me demander des informations sur leur propre marché et ils sont force de proposition pour de nouveaux produits. Un de nos partenaires russes a même participé à la conception d'une nouvelle technologie pour notre gamme de pompes économiques! 

En termes de CA global sur le marché russe, nous sommes passé en 5 ans de 200.000 euros à 1.200.000 euros. 

Marché russe : problème clés

Dans les problèmes clés de ce marché on peut cité les guerres de prix, menées par des distributeurs locaux, donc il nous faut être constamment à la veille et chercher les façons de ne pas leur permettre de « tuer » la marque. Deuxième problème: il n y a pas longtemps c’était les paiement depuis les off-shores et les schémas de paiements assez « montés ». Nos partenaires peuvent avoir plusieurs noms et formes juridiques, et dès fois ça pose problème aux Coface, donc on n’a pas de garanties bancaires pour certains entre nos partenaires.

Mais le marché a tendance a devenir plus transparent. Depuis quelque dernières années tous nos partenaires nous paient depuis la Russie.

D’autres marchés russophones

Après la Russie on a réussi à "ouvrir" les marchés comme Ukraine et Kazakhstan. On a actuellement deux distributeurs en Ukraine et un distributeur à Kazakhstan, actuellement on essaie de développer Azerbaïdjan. Ces marchés sont similaires à celui de Russie mais avec la capacité d’achat plus faible, et aussi la spécificité c’est que tout marche uniquement par connaissances. Donc actuellement nous misons beaucoup sur les marchés russophones, et j’espère que notre exemple positif inspirera les autres PMIs industriels français de tester ces marchés à un très grand potentiel.

EXPERIENCE D’UN PMI FRANCAIS SUR LE MARCHE RUSSE: CAS DE SAS SICCOM


EXPERIENCE D’UN PMI FRANCAIS SUR LE MARCHE RUSSE: CAS DE SAS SICCOM

Une PMI française SAS SICCOM a réussi à pénétrer le marché russe, y établir des relations de confiance et y devenir un acteur important en 5 ans.

Pierre-Gilles Vassort, responsable de zone Export de la société Siccom, fabricant français de pompes de relevage de condensats, nous raconte son histoire de la conquête du marché russophone : difficultés, certification, problèmes typiques du marché russe, etc.

Première démarche : la certification EAC

Mon expérience du marché Russe s’est faite sur une intuition : Comment un pays de plus de 170 millions de personnes pourrait s’intéresser à un accessoire de climatisation (pompes de relevage)?

La Russie est un pays froid dans nos pensés mais aussi un pays chargé d’histoire avec des populations aisées et beaucoup de bâtis historiques, bref une étude s’est imposée.

Nos premières démarches ont été celles des certifications et obtenir le droit d’exporter en étant aux normes locales – EAC (Certificat de l’Union douanière Russie-Bielorussie-Kazahstan). On doit certifier les produits par code douanier (reprenant plusieurs références), la démarche étant assez chère. Nous avons décidé de passer par une société de certification suisse SERCON et on a obtenu la certification rapidement.

Prospection du marché russe

Une fois cette formalité faite, nous nous sommes interrogés pour estimer le marché potentiel et très vite la barrière de la langue et de la culture s’est imposée.  Le recours à un interprète natif à été incontournable. Consulter « Yandex » (moteur de recherche russe, beaucoup plus utilisé par les russes que Google) pour identifier des prospects, leur téléphoner pour obtenir des informations et dans un second temps après leurs identifications prendre des rendez-vous... Les entrepreneurs Russes changent et sont friands de technologie européenne, mais malgré ces intérêts, ils restent Russes et ne parleront ouvertement qu’avec un natif ; je pense que c’est la clé.

Marché russe : développement

En commençant comme un tout petit acteur de marché avec 2 petits distributeurs dans la région de Moscou, en 5 ans notre société est devenue leader sur notre marché de mini-pompes de relevage en Russie, avec 5 distributeurs nationaux. Nous sommes passé en 5 ans de 200.000 euros à 1.200.000 euros et plus de 50% de parts de marché… 

La suite de l'histoire de Siccom en Russie -  très bientôt dans le blog: développement de marché russe, problèmes clés  et aussi la perspective de l'ouverture des autres marchés de l'ex-espace soviétique comme la suite logique du développement de la marque en Russie.

MARIAGES ENTRE LES FRANCAIS ET LES RUSSES – SUITE


MARIAGES ENTRE LES FRANCAIS ET LES RUSSES – SUITE

Dans l'article précèdent  j’ai commencé une interview avec Sylvain, un français qui s’est marié avec Marina, une fille russe de la ville de Ivanovo. Voilà la suite de ses témoignages :

 

-        Sylvain, as-tu appris à faire la cuisine russe ?

-        J’adorai, j’adore et j’adorerai la cuisine russe ! J’ai appris à faire pas mal de trucs. Marina a converti toute ma famille aux Chachliks (barbecue à la russe). Quand on repense à toutes ses années à manger des brochettes de dinde trop cuite … Le plof aussi ! (C’est un plat de l’orient de la Russie à la base du riz et de viande).  Désormais en Auvergne c’est barbecue par tout temps toute l’année. Même en hiver ! A la maison, c’est Marina qui cuisine le plus sauf les desserts, c’est ma chasse gardée. C’est assez drôle, au début lorsqu’elle parlait de la cuisine en France, elle racontait à sa famille que nous mangions les desserts comme des enfants.

-        L’adaptation, a-t-elle été difficile pour Marina ?

-        Dans l’ensemble ça s’est bien passé. Elle a été très surprise par l’importance des relations sociales en France. Elle avait du mal à comprendre que l’on rencontre beaucoup de monde, que je discute avec d’autres personnes, des hommes, des femmes … Son modèle familiale Russe autocentré a été quelque peu éprouvé au contact d’un modèle Latin plus ouvert …ou tout du moins faussement ouvert. C’était très difficile pour elle. Les Latins ont l’habitude de la représentation, les Russes moins. Mais quand ils s’ouvrent c’est entièrement. Elle était un peu perdue au départ mais ça va mieux. Elle prenait aussi assez mal le fait que finalement peu de monde en France connaissait l’histoire de l’Europe de l’Est. Mais tout le monde avait un avis dessus … Elle avait appris l’histoire de l’Europe et de la France et finalement la connaissait parfois mieux que beaucoup de Français. Ce décalage était pour elle un choc. Elle avait une image des français très cultivés, un peu philosophes sur les bords. Au début elle essayait d’expliquer … Maintenant elle en a fait son deuil et elle évite le sujet.

-        Et en ce qui concerne l’adaptation coté professionnel ?

-        D’un point de vue professionnel elle ne travaille pas encore. Elle s’occupe de notre fils à plein temps. C’est déjà un sacré boulot et au fond, le plus important.

-        En ce qui concerne les points de vue différentes sur l’éducation des enfants ?..

-        Je n’ai pas l’impression qu’il y a de grandes différences dans notre approche de l’éducation. On partage les mêmes valeurs. On consacre beaucoup de temps à l’éveil de Nikita et a son instruction. Chacun avec ses sensibilités et ses appétences. On est très complémentaires là-dessus. A la rigueur on pourrait dire que je laisse un peu plus de liberté d’action à notre fils ! Mais pas de grandes différences.

C’était l’histoire de Sylvain et Marina, un couple franco-russe. Si vous êtes marié/ée avec une Russe, - ou un Russe, et vous souhaitez partager votre expérience sur les pages de ce blog – contactez moi !