BLOG

NOUVEL AN А LA RUSSE : SALADE OLIVIER ET CAVIAR D’ESTURGEON

Marina — Mercredi 15 Janvier 2014


NOUVEL AN А LA RUSSE : SALADE OLIVIER ET CAVIAR D’ESTURGEON

Votre traducteur anglais-français et français-russe vous dévoile les traditions russes insolites

Les fêtes de fin d’année sont finies ? Pas chez nous !  Aujourd’hui je vous raconterai les traditions du Nouvel an russe – rien à voir avec le Nouvel an en France !
A la différence de la France, les sapins dans les maisons russes apparaissent assez tôt – généralement début décembre (après les fêtes nous avons aussi un peu du mal à les jeter, ils peuvent rester même jusqu’à la fin février !). Les russes travaillent le 31 décembre, mais généralement se sont des courtes journées, comme de nombreuses préparations nous attendent à la maison.

Lire la suite…

TRADITION RUSSE: LES BAIGNADES GLACÉES DE NOËL

Marina — Jeudi 12 Décembre 2013


TRADITION RUSSE: LES BAIGNADES GLACÉES DE NOËL

Pourquoi nous les russes nous aimons nous  baigner das les trous de glace

En France on pense que c’est plutôt les norvégiens qui aiment se baigner dans les trous de glace. Mais en fait, c’est une très vieille tradition russe !
Traditionnellement nous nous baignons dans l’eau glacée après la « banya » – sorte de sauna très humide avec de la vapeur. Le rituel « banya russe » est le suivant : le local du banya est chauffé jusqu’à une température pouvant atteindre  120 degrés. Le baigneur se met sur un banc en bois et ses copains (ou un employé de la bania) le fouette très fort dans le dos à l’aide d’un balai en bouleau sec. A l’époque on considérait que ces balais aidaient à chasser les mauvais esprits. Lire la suite…

COMMENT SE DEPLACER A MOSCOU SANS PARLER RUSSE

Marina — Samedi 7 Décembre 2013


COMMENT SE DEPLACER A MOSCOU SANS PARLER RUSSE

Quand vous arrivez à l’aéroport de Moscou ou de Saint-Pétersbourg, attention de ne pas « passer à la casserole » de taxi inofficieux : c’est tout un business pour plumer des étrangers – à la sortie d’aéroport plusieurs personnes vont vous proposer le « taxi ». Quand ils vont voir que vous ne parlez pas russe, ils vont vous donner un prix triple, et ne comptez pas avoir un reçu. Pour accéder au centre-ville de Moscou, le plus simple c’est d’utiliser le train Aeroexpress qui met une heure pour arriver. Les Aeroexpress sont très confortables et le billet coute seulement 8 euro. Le réseau de Aeroexpresses dessert tous les aéroports de Moscou. En ce qui concerne le métro, les noms de stations sont doublées en lettres anglais, alors n’auriez pas  peur de vous perdre. En plus, le métro de Moscou est très joli, on l’appelle même « Le palais de peuple ». Le métro se ferme à 1h du matin (à savoir les correspondances se ferment et les derniers trains partent des terminus). Lire la suite…

COMMENT CONTINUER A IMPORTER EN RUSSIE AVEC LA NOUVELLE CERTIFICATION

Marina — Samedi 26 Octobre 2013


COMMENT CONTINUER A IMPORTER EN RUSSIE AVEC LA NOUVELLE CERTIFICATION

Votre traducteur russe vous informe sur les écueils du nouveau système de certification
 
A l’attention de toutes les entreprises-importatrices de produits industriels en Russie!
Depuis les changements de la législation sur la certification des produits importés adoptés au début d’année, de plus en plus d’entreprises françaises qui importent en Russie cherchent des solutions pour pouvoir continuer à travailler sur ce marché très porteur.
Les certificats GOST nécessaires pour pouvoir importer en Russie, resteront valables jusqu’à la fin de leur validité. Mais désormais pour pouvoir importer en Russie toute entreprise aura besoin également de revêtir de nouveaux certificats, correspondants aux nouvelles règlementations techniques de l’Union Douanière de Russie, Biélorussie et Kazakhstan. Lire la suite…

COMMENT ETABLIR UN BON CONTACT AVEC DES RUSSES ?

Marina — Jeudi 24 Octobre 2013


COMMENT ETABLIR UN BON CONTACT AVEC DES RUSSES ?

Les règles de politesse à la russe

Comment ne pas être un mouton à cinq pattes en Russie? Quand on demande aux touristes européens, qu’est-ce qui vous étonne le plus dans les rues de Moscou, la réponse est : l’absence de sourire. Le moscovite ne sourit pas dans la rue. Le moscovite ne sourit pas chez le médecin, ni dans une banque, ni dans une boulangerie, boucherie, etc. ! Personne ne dit « bonjour » au chauffeur de bus, le sourire non plus n’est pas habituel. Personne ne sourit à personne dans la rue, pire encore dans le métro. L’inconnu se sentira pour le moins embarrassé. Il va certainement penser qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ne souriez surtout pas à quelqu’un dans l’ascenseur, ça ne se fait pas du tout! Ne saluez pas les gens dans l’ascenseur. Lire la suite…

Marina Yulis

Hommage à Jacques Chirac


Même si Jacques Chirac s'était éloigné de la grande politique depuis un moment, sa disparition le 26 septembre a fait parler de lui à travers le monde entier, et la Russie ne fait pas l’exception.

 

Pendant les douze ans de sa présidence, Jacques Chirac a été on vrai ami des Russes. Il maîtrisait la langue et a même traduit vers le français les poèmes de Pouchkine. Sous la présidence de Boris Eltsine d’abord, avec qui il entretenait des relations amicales, Jacques Chirac a rendu de nombreuses visites officielles au pays. Avec l’arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir, le dévouement de cet homme politique français pour la Russie n’a pu qu’accroitre. Voici le message de condoléances que Vladimir Poutine a adressé à la famille Chirac :

 

« En Russie, on se souviendra toujours de son apport immense dans le développement des relations amicales entre nos deux pays ».

L'ambassadeur russe à Paris Alexeï Meshkov a souligné, à son tour : « C'est un événement très triste pour nous, parce que la Russie en son visage a perdu un grand ami, toute l'Europe et le monde ont perdu un homme politique éminent que Jacques Chirac a été pendant plusieurs décennies ».

 

Interrogé par la presse russe, M Meshkov a rappelé que la réunion du conseil de coopération pour la sécurité qui s’est tenue a Moscou il y a quelques semaines, a été instaurée par l'initiative des présidents Vladimir Poutine et Jacques Chirac. « Pendant un long moment, c'était l'un des principaux mécanismes de politique étrangère de notre coopération, et il est très encourageant que ce mécanisme soit de retour en ce moment », a conclu le diplomate.

 

Pour sa grande contribution personnelle au développement des relations bilatérales, Jacques Chirac est devenu le premier chevalier étranger de l'ordre russe de la légion d’honneur « pour le mérite de la patrie ». Il a également été parmi les premiers à proposer le partenariat entre la Russie et l’OTAN.

 

« Il est impossible de créer une société démocratique sans assurer la liberté d'expression et, par conséquent, la liberté de la presse [en Russie]», avait-il alors déclaré.

 

 

 

Poutine-Macron: parler à la Russie, serait-ce utile?


Lundi 19 août, Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se sont retrouvés en France, à Brégançon. Quel est l’intérêt de cette rencontre, à quelques jours du G7, dont la Russie ne fait pas partie ?

De nombreuses questions sont aujourd’hui à l’ordre du jour entre la France et la Russie.

Notamment:

- L’influence des hackers russes dans la campagne électorale en France

- Le rapprochement entre Marine le Pen et le Kremlin

- Guerre des sanctions suite aux événements en Crimée

« Marine le Pen ne cache pas sa sympathie pour la Russie, et c’est pour ça qu’elle s'y rend de plus en plus souvent », a coupé court le président russe. Quant aux hackers, il a expliqué devant les journalistes que l’histoire des hackers n’a pas été discutée.

Or, vue de la presse française, Emmanuel Macron s’est juste servi de Vladimir Poutine pour s'affirmer aux yeux du monde.

« Cette rencontre, c’est l’occasion pour Emmanuel Macron d’affirmer une posture, et à ce titre, quel meilleur protagoniste que Vladimir Poutine ? Lors de leur première rencontre en 2017 à Versailles, un Emmanuel Macron fraîchement élu avait taclé la politique russe, notamment sur la question des homosexuels en Tchétchénie. Cela avait fait passer un message pour tous les autres dirigeants : malgré son jeune âge et une certaine inexpérience politique, il allait se montrer ferme sur ses positions » - 20 minutes.

https://www.20minutes.fr/monde/2585427-20190819-emmanuel-macron-sert-vladimir-poutine-affirmer-yeux-monde

Notamment, pour la Crimée, le président français a réaffirmé que "La France ne reconnaîtra pas l'annexion" en souhaitant que l'OSCE veille sur le processus de paix en Ukrainе.

Gilets jaunes

Pendant la discussion qui a duré trois heures, il a aussi été question des mouvements de contestation qui touchent à la fois la France et la Russie. Vladimir Poutine interrogé sur les violences commises sur les opposants à Moscou a évoqué la situation en France : « Pendant les manifestations des gilets jaunes, il y avait plusieurs dizaines de personnes qui avaient été blessées ». Cette phrase traduite en direct par une interprète du Ministère russe des affaires étrangères a suscité de nombreuses polémiques : en effet, le président russe a été beaucoup plus précis en citant 11 morts et 2500 blessés lors des manifestations en France. La raison semble être banale : la personne qui assurait la traduction en direct aurait dû se tromper ayant pris du retard. L’essentiel, c’est que le président russe est ferme sur ses positions quand il affirme « ne pas vouloir » ce genre d’évènements se reproduire en Russie.

Un post de discorde

« La Russie est un pays profondément européen. Nous croyons en Europe de Lisbonne à Vladivostok », - a écrit Emmanuel Macron sur son compte Facebook en langue russe (!), à l’issue de la rencontre. Cependant, ses lecteurs français ont pu observer un message bien différent :

« J’entends dire qu’il est inutile de parler à la Russie, que ça n’a pas d’impact. Je ne suis pas d’accord : ne pas lui parler serait l’isoler, la pousser vers in dialogue privilégié avec une poignée de puissances comme la Chine. C’est ça qui ne serait pas dans notre intérêt ».

Ainsi soit-il, monsieur le Président.

 

 

EXPERIENCE D’UN PMI FRANCAIS SUR LE MARCHE RUSSE: LA SUITE


Une PMI française SAS SICCOM a réussi à pénétrer le marché russe, y établir des relations de confiance et devenir le troisième acteur de son secteur en 5 ans.

Pierre-Gilles Vassort, responsable de zone Export de la société Siccom, fabricant français de pompes de relevage de condensats, nous raconte la suite de son histoire de la conquête du marché russophone. 

Marché russe : expansion 

En commençant comme un tout petit acteur de marché - en 5 ans Siccom est devenu l'acteur possédant 50% de parts de marché russe de mini-pompes de relevage.  Les clients Russes sont friands de marketing européen, de challenges commerciaux et de technologies de l’ouest, ils apprécient beaucoup le contact directe avec le fabricant européen, leur montrant notre ouverture et disponibilité. Dès lors je me déplace souvent sur tout le territoire russe et je forme nos partenaires sur place, ce qui contribue à l’image de marque sérieuse et fiable.

En 5 ans, ma vision de ce pays a changé. Les Russes sont très proches de nous, ils ont besoin d’être rassuré, de tester, de retester et ils deviennent des partenaires.  J’ai maintenant des clients fidèles qui n’hésitent pas à me demander des informations sur leur propre marché et ils sont force de proposition pour de nouveaux produits. Un de nos partenaires russes a même participé à la conception d'une nouvelle technologie pour notre gamme de pompes économiques! 

En termes de CA global sur le marché russe, nous sommes passé en 5 ans de 200.000 euros à 1.200.000 euros. 

Marché russe : problème clés

Dans les problèmes clés de ce marché on peut cité les guerres de prix, menées par des distributeurs locaux, donc il nous faut être constamment à la veille et chercher les façons de ne pas leur permettre de « tuer » la marque. Deuxième problème: il n y a pas longtemps c’était les paiement depuis les off-shores et les schémas de paiements assez « montés ». Nos partenaires peuvent avoir plusieurs noms et formes juridiques, et dès fois ça pose problème aux Coface, donc on n’a pas de garanties bancaires pour certains entre nos partenaires.

Mais le marché a tendance a devenir plus transparent. Depuis quelque dernières années tous nos partenaires nous paient depuis la Russie.

D’autres marchés russophones

Après la Russie on a réussi à "ouvrir" les marchés comme Ukraine et Kazakhstan. On a actuellement deux distributeurs en Ukraine et un distributeur à Kazakhstan, actuellement on essaie de développer Azerbaïdjan. Ces marchés sont similaires à celui de Russie mais avec la capacité d’achat plus faible, et aussi la spécificité c’est que tout marche uniquement par connaissances. Donc actuellement nous misons beaucoup sur les marchés russophones, et j’espère que notre exemple positif inspirera les autres PMIs industriels français de tester ces marchés à un très grand potentiel.